Tallulah Bankhead, Heather Angel, Mary Anderson et les autres comédiens sur le tournage du film "Lifeboat" (1944) d'Alfredf Hitchcock.
Tallulah Bankhead, Heather Angel, Mary Anderson et les autres comédiens sur le tournage du film "Lifeboat" (1944) d'Alfredf Hitchcock.
Tallulah Bankhead, Heather Angel, Mary Anderson et les autres comédiens sur le tournage du film "Lifeboat" (1944) d'Alfredf Hitchcock. ©Getty - Twentieth Century Fox Film Corporation/Corbis via Getty Images
Tallulah Bankhead, Heather Angel, Mary Anderson et les autres comédiens sur le tournage du film "Lifeboat" (1944) d'Alfredf Hitchcock. ©Getty - Twentieth Century Fox Film Corporation/Corbis via Getty Images
Tallulah Bankhead, Heather Angel, Mary Anderson et les autres comédiens sur le tournage du film "Lifeboat" (1944) d'Alfredf Hitchcock. ©Getty - Twentieth Century Fox Film Corporation/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

En 1962, Alfred Hitchcock accorde un long entretien à François Truffaut. En 1999, cette conversation est diffusée en 25 épisodes sur France Culture. Dans ce treizième échange, il est question de l'activité d'Alfred Hitchcock pendant la Seconde Guerre mondiale.

avec :

François Truffaut, Alfred Hitchcock.

En savoir plus

Un vilain allemand ne peut être un bon marin

En 1943, Alfred Hitchcock revient en Angleterre, trop âgé et trop gros pour s’engager. Mais il veut contribuer à l’effort de guerre à sa manière. Il se lance un défi : tourner dans un décor unique. Lifeboat, un canot de sauvetage perdu en pleine mer.

C'est une allégorie sur la guerre qui lui vaudra de violentes critiques, d'après une histoire écrite sur commande par Steinbeck. Pour illustrer l’étroitesse du cadre, le microcosme de la guerre, le film Lifeboat est tourné à 80% en semi gros ou gros plan, comme le fera plus tard la télévision. Chaque personnage incarne une idée, un pays : le fasciste, le communiste, etc.

Publicité

Un critique donna "10 jours au film pour quitter la ville". Les défis techniques étaient de taille : la caméra maintenue en permanence dans le bateau. C'est un film sans musique. L’héroïne, comme celle des Oiseaux, quitte le monde des apparences. Truffaut considère que le film est psychologique et moral, comme une fable. Les critiques sont véhémentes car le personnage de l’Allemand est en position de supériorité.

Pendant la Seconde Guerre mondiale Hitchcock tourne deux films de propagande pour faire l'éloge de la Résistance française. A la fin de la guerre, en 1945 il  prend pour sujet la psychanalyse : Spellbound (La Maison du Dr Edwards), co-écrit avec Ben Hecht, pour lequel il commande un dessin onirique à Salvador Dali.

  • Production : Serge Toubiana et Nicolas Saada
  • Entretiens avec Alfred Hitchcock par François Truffaut 13/25 - Traduction : Helen Scott
  • Enregistrement 13 au 20 août 1962 - 1ère diffusion 20/10/1999
  • Rédaction web : Anne de Biran et Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée