Madeleine Carroll et John Gielgud dans le film "The Secret Agent"("Quatre de l'espionnage") d'Alfred Hitchcock en 1936.
Madeleine Carroll et John Gielgud dans le film "The Secret Agent"("Quatre de l'espionnage") d'Alfred Hitchcock en 1936.
Madeleine Carroll et John Gielgud dans le film "The Secret Agent"("Quatre de l'espionnage") d'Alfred Hitchcock en 1936. ©Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images
Madeleine Carroll et John Gielgud dans le film "The Secret Agent"("Quatre de l'espionnage") d'Alfred Hitchcock en 1936. ©Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images
Madeleine Carroll et John Gielgud dans le film "The Secret Agent"("Quatre de l'espionnage") d'Alfred Hitchcock en 1936. ©Getty - Photo by Hulton Archive/Getty Images
Publicité
Résumé

En 1962, Alfred Hitchcock accorde un long entretien à François Truffaut. En 1999, cette conversation est diffusée en 25 épisodes sur France Culture. Dans ce sixième échange, Hitchcock aborde le thème de l'ironie, du meurtre de l'innocence et du masque séduisant dont il revêt le Méchant.

avec :

François Truffaut, Alfred Hitchcock.

En savoir plus

Le public peut accepter une fin malheureuse si le film a été agréable

Maître incontesté du thriller et du film à suspense Hitchcock tourne en 1936 deux films au ton plus grave et au succès plus modeste Secret Agent titré en Français Quatre de l'espionnage et Sabotage sorti en France sous le titre Agent Secret.

Hitchcock porte sur ses films un regard critique : "dans un film d’aventures, le héros doit avoir un but et le public le soutenir. Or, dans "Quatre de l'espionnage" le personnage principal se voit confier un travail qu’il refuse : tuer un homme. Le film ne peut absolument pas progresser."

Publicité

Quatre de l 'espionnage se passe en Suisse. Hitchcock examine tout ce qui dans le décor peut servir un drame : le chocolat au lait, les Alpes, les danseurs traditionnels, des lacs. On peut noyer un personnage dans un lac, le faire chuter d'une montagne et l’intoxiquer à mort de chocolat. L’ironie est à manier avec précaution, comme type d'idée ironique, il cite "se tromper de victime", "Killing the wrong man".

Gentils barbants contre méchants "classieux"

Truffaut est déçu par Sabotage. Il relève que le personnage qui incarne le mal est chic, distingué, gentil, séduisant. Cela deviendra un concept récurrent chez Hitchcock. L’opposition entre les gens honnêtes qui sont fades, ternes, parfois vulgaires et les méchants, "classieux" et prestigieux. Le mal est décliné en trois personnages : un séduisant, un sinistre et un brutal.

L'enfant au cinéma : l'effet d'une bombe

La scène qui fait scandale, celle de l’enfant portant la bombe a été une erreur selon Hitchcock qui regrette de n’avoir pas entretenu le suspense : "J’ai dû tuer le jeune enfant du point de vue du scénario. Mais je l’ai rendu trop sympathique au public."

Truffaut reconnaît qu’utiliser un enfant dans un scénario est démagogique, c’est un abus de pouvoir : "Cela m’est arrivé pour "Les 400 coups". Je voulais qu’il y ait une grande justice dans le film, beaucoup de circonstances atténuantes pour les parents. L’enfant est déconcertant, il a de l’argent d’origine inconnue caché sous les meubles, il casse et cache la vaisselle, s'essuie les mains aux rideaux, vole l’argent des toilettes des cafés. La scripte m’a dit que ce gamin allait sembler odieux. Au contraire, une fois le film sorti, j’ai constaté que le public aimait l’enfant parce que ses parents ne l’aimaient pas. Dans "Sabotage", l’enfant fait des choses clandestines, et lui aussi casse et cache les assiettes. Au cinéma tout tourne en faveur de l' enfant."

  • Production Serge Toubiana et Nicolas Saada
  • Entretiens avec Alfred Hitchcock par François Truffaut  06/25 - Traduction Helen Scott
  • Enregistrement 13 au 20 août 1962 - 1ère diffusion 11/10/1999
  • Rédaction web : Anne de Biran et Sandrine England
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée