Photo du film "Les Contes de la lune vague après la pluie" de Kenji Mizoguchi (1953).
Photo du film "Les Contes de la lune vague après la pluie" de Kenji Mizoguchi (1953). -  japanesefilmarchive / Flick / creative commons
Photo du film "Les Contes de la lune vague après la pluie" de Kenji Mizoguchi (1953). - japanesefilmarchive / Flick / creative commons
Photo du film "Les Contes de la lune vague après la pluie" de Kenji Mizoguchi (1953). - japanesefilmarchive / Flick / creative commons
Publicité

"Les mardis du cinéma" proposaient en 1995 une analyse du film de Mizoguchi, "Les contes de la lune vague après la pluie" (1953), avec Jean Douchet (cinéaste), René Sieffert (traducteur), Daniel Serceau, (écrivain) et Danielle Elisseeff, (sinologue et japonologue).

Avec
  • Danièle Elisseeff historienne française, spécialiste de la Chine, ancienne professeur à l’Ecole du Louvre, membre statutaire du Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine de l'EHESS
  • Jean Douchet cinéaste, historien et critique de cinéma (1929-2019)
  • Daniel Serceau

En 1953, lorsque paraissent Les Contes de la lune vague après la pluie, Kenji Mozogushi en est à un nouveau départ. Après la guerre, après ses difficultés avec le système politique japonais avec lequel il essaie de composer, Mizogushi, influencé par le néo- réalisme italien, réalise en 1952 La Vie d'O'Haru, femme galante.

C'est le début d'une suite ininterrompue de chefs-d'oeuvre jusqu'à sa mort en 1956. Les "Contes" sont restés emblématiques de l'art du cinéaste - qui ne se souvient de cette barque glissant sur l'eau douce d'un lac, de la silhouette de la rameuse ondoyant dans la brume, du chant de la femme envahissant l'espace. 

Publicité

Dans Les Contes de la lune vague après la pluie on peut projeter tout l'imaginaire occidental de l'Orient japonais : les paysages, où terre, eau et ciel se mêlent, le légendaire, les histoires de fantômes, la place de la littérature, du nô et du kabuki dans le cinéma de Mizogushi. 

Le film est inspiré de deux contes d'Ueda Akinari, auteur japonais du XVIIIe siècle. Voyage à travers les images de ce Japon du XVIe siècle, à travers le temps qui nous révèle que les personnages de Mizogushi sont aussi actuels qu'archétypaux, voyage géographique et spirituel qui, chez le cinéaste, est un thème constant, un thème clé.

Table ronde avec Jean Douchet, cinéaste, René Sieffert (traducteur des Contes de pluie et de lune, d'Ueda Akinari), Daniel Serceau, écrivain et Danielle Elisseeff, chercheuse à l'EHESS, sinologue et japonologue.

  • Production : Simone Douek
  • Réalisation : Danielle Fontanarosa
  • Les mardis du cinéma - Mizoguchi : Les Contes de la lune vague après la pluie (1ère diffusion : 25/07/1995)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée