Jacques Dewitte : Chesterton est le penseur du "il ne fallait pas que..."

Ce qui cloche dans le monde, couverture de l'essai de Chesterton
Ce qui cloche dans le monde, couverture de l'essai de Chesterton ©Radio France - Gallimard
Ce qui cloche dans le monde, couverture de l'essai de Chesterton ©Radio France - Gallimard
Ce qui cloche dans le monde, couverture de l'essai de Chesterton ©Radio France - Gallimard
Publicité

En mai 2010, l'émission Répliques consacrait une émission à "L’éblouissant Chesterton", l'écrivain le plus inventif de l'époque édouardienne, avec Jacques Dewitte et Bruno Tellenne (Basile de Koch).

Avec

Dans ce débat à teneur philosophique animé par Alain Finkielkraut, Jacques Dewitte, philosophe, et Basile De Koch, de son vrai nom Bruno Tellenne, journaliste et écrivain, parlaient de ce qu'ils doivent à l'oeuvre de l'écrivain anglais Gilbert Keith Chesterton (1874-1936). Écrivain de l'époque édouardienne, Chesterton est un écrivain prolifique, essayiste, auteur de poèmes, de biographies, d'articles, de nouvelles policières. Alors que deux essais de Chesterton, Hérétiques et Orthodoxie, venaient d'être réédités, Alain Finkielkraut recevait deux inconditionnels de l'oeuvre. Selon Jacques Dewitte :

Chesterton est le penseur du "il ne fallait pas que..." [...] De façon métaphysique et ontologique, il ne fallait pas qu'il y ait l'être, il ne fallait pas qu'il y ait le monde. C'est le penseur de la contingence. Il a une attitude à la fois poétique et métaphysique consistant à imaginer que le monde tel qu'il est eusse pu ne pas exister...

Publicité
  • Par Alain Finkielkraut
  • Réalisation Didier Lagarde
  • 1ère diffusion : Répliques - 08/05/2010
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France

L'équipe