James Baldwin et son frère, David, 1981 - © Jane Evelyn Atwood
James Baldwin et son frère, David, 1981 - © Jane Evelyn Atwood
James Baldwin et son frère, David, 1981 - © Jane Evelyn Atwood
Publicité
Résumé

En 1987, Jean Daive avait rencontré James Baldwin pour une série de cinq entretiens, enregistrés pour "Les chemins de la connaissance" sous le titre "Je m'appelle James Baldwin". Diffusion du premier volet dans lequel il évoquait son recueil de nouvelles "Face à l'homme blanc".

avec :

James Baldwin (écrivain).

En savoir plus

Au mois de mars 1987, pour "Les chemins de la connaissance", Jean Daive rencontrait James Baldwin pour une série de cinq entretiens. L'écrivain américain s'était exilé en France une première fois en 48.

"À Paris, j’ai réussi à me débarrasser de tous les stéréotypes dont m’avaient infligé mes concitoyens. Et, une fois que vous vous en êtes débarrassé, c’est irréversible ! À Paris on me laissait tranquille - tranquille de devenir ce que je voulais devenir. Je pouvais écrire, penser, ressentir, marcher, manger, respirer librement. Aucune sanction ne venait frapper ces simples faits humains. Même lorsque je mourais de faim, c’était différent des États-Unis. Ici, c’était moi, Jimmy, qui mourait de faim et non l’homme noir que j’étais."

Publicité

Rentré aux États-Unis en 57, James Baldwin s'impliqua alors totalement dans le mouvement des droits civiques. Mais profondément marqué par les assassinats des leaders noirs, celui de Martin Luther King en particulier, James Baldwin passa par la suite l'essentiel de son temps en Europe et, à partir de 1970, à Saint-Paul de Vence où il vécut et travailla jusqu'à sa mort, quelques mois après cette rencontre avec Jean Daive.

Je m'appelle James Baldwin, premier temps d'une série de cinq entretiens avec l'écrivain américain pour "Les chemins de la connaissance", proposé par Jean Daive en 1987.

James Baldwin évoquait les difficultés d'un Noir à vivre dans l’Amérique des années 20, mais aussi des années 50 et 60 :

Je suis né dans les années 20, c'était la grande dépression, la grande crise, et la pauvreté bien sûr était exagérée dans le cas d'une famille Noire. Quand les choses vont mal dans mon pays, cela va encore plus mal pour les Noirs. C'est pire pour eux. C'est toujours vrai d'ailleurs.

Ecouter les entretiens 2 et 3 de James Baldwin puis les entretiens 4 et 5.

  • Production : Jean Daive
  • Réalisation : Pamela Doussaud
  • Les chemins de la connaissance : Je m'appelle James Baldwin 1/5
  • 1ère diffusion : 20/04/1987
  • Indexation web : Sandrine England, documentation sonore de Radio France
  • Archives INA-Radio France
Références

L'équipe

Jean Daive
Production
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée