Joséphine Baker, détail d'une carte postale dans les années 20.
Joséphine Baker, détail d'une carte postale dans les années 20.  - Editions Lucien Waléry / via wikimédia
Joséphine Baker, détail d'une carte postale dans les années 20. - Editions Lucien Waléry / via wikimédia
Joséphine Baker, détail d'une carte postale dans les années 20. - Editions Lucien Waléry / via wikimédia
Publicité

En 1978, les "Nuits magnétiques" proposaient une série de cinq émissions sur le music-hall. Le troisième volet intitulé "Joséphine Baker et Charles Trenet : les coulisses et l'envers du décor" racontait les débuts de Joséphine Baker avec sa "Revue Nègre" et ceux de Charles Trenet.

Les "Nuits Magnétiques" présentent ‘’Le Music-hall’’ une revue en cinq tableaux menée par Roland Auguet et Michel Abgrall.

Le troisième tableau intitulé "Joséphine Baker et Charles Trenet : les coulisses et l'envers du décor" donne la parole à Louis-Jean Calvet, Fanny Deschamps, Alain Hardel et Jean Villiers, dans un montage d'entretiens largement illustrés par des extraits de spectacles et des chansons. 

Publicité

Joséphine Baker arrive en 1925 au Théâtre des Champs-Elysées avec la "Revue Nègre"qui avait déjà bouleversé New-York. L’émission propose, entre autres "pépites sonores", d'écouter le seul enregistrement existant de la "Revue Nègre", Joséphine chantant Diana. La "Revue Nègre" a un style totalement nouveau, un style dit "sauvage", le jazz déferle comme un raz-de-marée sur scène accompagnant la beauté et les danses inédites de Joséphine Baker.

Dans ce premier volet sont racontés les débuts de Charles Trenet, jeune militaire, qui aborde Maurice Chevalier au Casino de Paris pour lui présenter Y'a d'la joie. Trenet c'était "la fougue d'un jeune homme de vingt ans amoureux du jazz américain, un rythme nouveau, et créateur d'une poésie qui n'appartenait qu'à lui".

Il est aussi question de l'histoire des grands lieux du music-hall à Paris, comme les "Folies Bergère" :

Avant la guerre de 1914, l'établissement était jumelé avec "Maxim's". Sur scène il y avait la Belle Otero et Liane de Pougy qui se servaient des "Folies Bergère" comme d'un écrin de présentation pour aguicher les messieurs. Elles allaient ensuite chez "Maxim's" et tout le monde suivait.

  • Par Roland Auguet
  • Réalisation : Michel Abgrall
  • Nuits magnétiques - Le music-hall 3/5 : Joséphine Baker et Charles Trenet : les coulisses et l'envers du décor (1ère diffusion : 20/12/1978)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
30 min

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée