L'abbé Pierre alors que les nouvelles maisons construites par l'architecte Jean Prouvé en quatre jours pour les sans-abris sont en train d’être installées, le 20 février 1956.
L'abbé Pierre alors que les nouvelles maisons construites par l'architecte Jean Prouvé en quatre jours pour les sans-abris sont en train d’être installées, le 20 février 1956.
L'abbé Pierre alors que les nouvelles maisons construites par l'architecte Jean Prouvé en quatre jours pour les sans-abris sont en train d’être installées, le 20 février 1956. ©AFP - afp
L'abbé Pierre alors que les nouvelles maisons construites par l'architecte Jean Prouvé en quatre jours pour les sans-abris sont en train d’être installées, le 20 février 1956. ©AFP - afp
L'abbé Pierre alors que les nouvelles maisons construites par l'architecte Jean Prouvé en quatre jours pour les sans-abris sont en train d’être installées, le 20 février 1956. ©AFP - afp
Publicité
Résumé

Au micro de la journaliste Clara Candiani, l’Abbé Pierre dressait le bilan des actions menées en faveur des sans-logis depuis l’appel du 1er février 1954 et rappelait la nécessité d’une mobilisation générale de la Nation pour que cesse la "honte" d’une société incapable de loger ses travailleurs.

avec :

Abbé Pierre (Prêtre catholique, Fondateur d'Emmaüs).

En savoir plus

Un peu plus d’un an après l’appel du 1er février 1954 sur Radio Luxembourg et "l’insurrection de bonté" provoquée par l’Abbé Pierre, la journaliste Clara Candiani recevait ce dernier pour dresser le bilan des actions menées depuis.

Il évoquait ainsi le lancement des chantiers de construction grâce aux dons obtenus, son combat pour mettre fin aux expulsions sans relogement, la création d’une société de HLM, la construction de logements Emmaüs, le programme d’accession à la propriété et la mobilisation pour obtenir les allocations logement promises par le gouvernement.

Publicité

Nous continuons la bataille pour que cette loi soit mise en application et arrête cette barbarie parfois meurtrière de l’expulsion sans relogement.

Il soulignait la nécessité d’une mobilisation de la Nation pour faire face à la crise du logement. 

Le but est que toutes les énergies de la Nation soient mobilisées pour arracher ce pays à la honte qui est la sienne d’être le dernier de tous les pays de l’Europe quant au nombre de logements bâtis chaque année par milliers d’habitants.

Claire Candiani, en compagnie de Georges Verpraet, propose un reportage à Courbevoie dans un des centres de dépannage et interroge les résidents sur leurs terribles conditions de vie. 

Un homme explique qu'il travaille mais que son faible salaire ne lui permet pas de se payer l'hôtel. Un comptable de 43 ans raconte comment il est arrivé là après avoir perdu son emploi. Un Algérien relate qu'il n'y avait pas de travail chez lui et qu'il est venu pour travailler chez Renault après la guerre. Une femme enceinte et son époux expliquent que personne ne voulait les loger avec leurs enfants…

Pour conclure l'Abbé Pierre redonne ses objectifs : obtenir le soutien de la Nation pour guérir la France de cette plaie du manque de logis. 

Le but c’est d’obtenir la mobilisation de la Nation pour guérir la France de cette plaie du manque de logis. Il serait absurde, une bouffonnerie, de compter sur les chiffonniers d’Emmaüs pour pouvoir accomplir cette tâche, c’est la tâche de la Nation toute entière et c’est à son gouvernement de prendre les décisions nécessaires pour que cela s’accomplisse (…) Pour ce qui est de l’admiration, j’en ai par-dessus la tête, je demande qu’au lieu de verser des larmes devant la photo de l’Abbé Pierre, chacun se regarde soi-même et demande s’il a accompli ce qu’il pouvait, par conséquent ce qu’il devait.

  • Par Clara Candiani 
  • Réalisation : Marguerite Tarrayre
  • Le monde comme il va - L'abbé Pierre au secours des couche-dehors (1ère diffusion : 09/03/1955 Chaîne Parisienne)
  • Indexation web : Etienne Rouch, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

À réécouter : Être sans-logis en 1955 : "Nous allions coucher dans les bois quand nous ne pouvions plus payer l'hôtel"

Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée