La comédienne Armande Cassive, elle était l’interprète favorite de Feydeau (1867-1940). Portrait dans : Album Reutlinger, vol. 50, entre 1875 et 1917.
La comédienne Armande Cassive, elle était l’interprète favorite de Feydeau (1867-1940). Portrait dans : Album Reutlinger, vol. 50, entre 1875 et 1917.
La comédienne Armande Cassive, elle était l’interprète favorite de Feydeau (1867-1940). Portrait dans : Album Reutlinger, vol. 50, entre 1875 et 1917. - Gallica, BNF
La comédienne Armande Cassive, elle était l’interprète favorite de Feydeau (1867-1940). Portrait dans : Album Reutlinger, vol. 50, entre 1875 et 1917. - Gallica, BNF
La comédienne Armande Cassive, elle était l’interprète favorite de Feydeau (1867-1940). Portrait dans : Album Reutlinger, vol. 50, entre 1875 et 1917. - Gallica, BNF
Publicité
Résumé

En juillet 1965, Madame Simone, célèbre comédienne et femme de lettres française (1877-1985) prodiguait ses conseils à cinq comédiens pour l'interprétation d'un extrait de "Feu la mère de Madame" de Georges Feydeau.

En savoir plus

Dans ce cours radiophonique d’interprétation théâtrale, Pauline Benda, connue sous le nom de Madame Simone donnait des conseils à cinq comédiens et jouait elle-même les dialogues pour mieux se faire comprendre. Un enseignement qui n’a rien perdu de sa justesse !

Feu la mère de Madame est une pièce de théâtre en un acte de Georges Feydeau, représentée pour la première fois le 15 novembre 1908 à la Comédie-Royale, à Paris, avec Armande Cassive dans le rôle d'Yvonne.

Publicité

Une histoire de quiproquos comme les aime Georges Feydeau, qui écrit une comédie à partir d’une situation à priori dramatique : un valet de chambre vient annoncer le décès de la mère de Madame en pleine nuit. Tout le monde s’agite, mais finalement le couple réalise que celui-ci s’est trompé de porte : c’est la mère des voisins qui est morte. Les époux reprennent leurs disputes.

Comment rendre tout le comique de ce texte de Georges Feydeau ? C’est tout le travail demandé par Madame Simone à ses élèves comédiens, notamment Roger Bret, dans le rôle du mari et Elisabeth Hazan dans celui d’Yvonne.

Il ne s’agit pas d’aller vite, il faut être dans le mouvement, hors vous perdez le mouvement.

Je ne vois pas pourquoi vous voulez faire vos effets comiques à voix basse. Alors qu’en général un effet comique se fait à pleine voix.

  • Par Madame Simone 
  • Réalisation Georges Godebert
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation