Gare de Lyon à Paris, la nuit en 2019.
Gare de Lyon à Paris, la nuit en 2019. ©Radio France - Stéphane Milhomme
Gare de Lyon à Paris, la nuit en 2019. ©Radio France - Stéphane Milhomme
Gare de Lyon à Paris, la nuit en 2019. ©Radio France - Stéphane Milhomme
Publicité

Robert Valette, Harold Portnoy et Colette Garrigues sont partis sans idée préconçue à la rencontre d'inconnus qui passent ou travaillent dans la Gare de Lyon. Rencontres avec ceux qui acceptent de parler d’eux, de manière spontanée et ceux qui se dérobent, laissant les reporteurs perplexes.

Dans ce reportage dans la Gare de Lyon, on entend des voix et des sons : un barman qui a rencontré Robert Bresson, une mère de famille sellière, une jeune serveuse de salon de thé et les confidences d’une jeune fille, ancienne nurse, confrontée au décès d’une petite fille.

Un passant au ton jovial : 

Publicité

Figurez-vous que je suis venu à Paris pour faire fortune, je voyais Paris sur les cartes postales en couleurs et ça fait vingt ans que j’y suis et j’attends la fortune Monsieur. Des fois je me demande si j’aurais pas mieux fait de rester à ma charrue.

Un barman :

Quand je travaillais au Quartier latin, Bresson est venu tourner un film « Le Pickpocket » c’est là que j’ai vu Bresson qui est minutieux dans son truc, quelque chose de fabuleux. Il a mobilisé toute la terrasse avec ses rails, ses trucs et tout. Mais enfin il m’avait payé, dédommagé.

Une jeune fille qui vient de se faire renvoyer d’une maison de luxe "pour une question idiote". Elle a répondu de manière cavalière à une de ses supérieures dans une maison de luxe, alors qu'elle est débutante. "Elle se sent obligée de rentrer chez ses parents pour expliquer la situation."

Quand je suis chez moi je ne suis pas libre, quand je suis à Paris je suis libre.

Elle se confie progressivement :

Je m’occupais d’enfants, j'étais nurse dans une famille, moitié suédoise moitié américaine, et le petit bébé dont je m'occupais est mort sous mes yeux étouffé dans ses draps. J'ai cru un moment que c'était de ma faute.

Les trois reporteurs commentent le reportage en train de se faire et décrivent leurs réactions à tous ces enregistrements et confidences.

  • Par Robert Valette, Harold Portnoy et Colette Garrigues 
  • Réalisation : Bernard Saxel
  • Recherche de notre temps - La gare 3/4 : Rencontres (1ère diffusion : 04/01/1968)
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée