Édith Piaf chantant dans un bougnat à Paris, rue de Charenton, en 1936.
Édith Piaf chantant dans un bougnat à Paris, rue de Charenton, en 1936.
Édith Piaf chantant dans un bougnat à Paris, rue de Charenton, en 1936. ©Getty - Jean-Gabriel Seruzier
Édith Piaf chantant dans un bougnat à Paris, rue de Charenton, en 1936. ©Getty - Jean-Gabriel Seruzier
Édith Piaf chantant dans un bougnat à Paris, rue de Charenton, en 1936. ©Getty - Jean-Gabriel Seruzier
Publicité
Résumé

Édith Piaf avait-elle en elle de la joie de vivre ? La plupart de ses chansons, dites "réalistes", sont marquées par la tragédie, le malheur, le mal de vivre ; mais il y avait en elle une certaine énergie, comme en témoigne cette émission "La joie de vivre" de 1954.

En savoir plus

Dans cette émission "La joie de vivre" datant de 1954, la mythique chanteuse alors âgée de 38 ans, nous ouvre les portes de sa vie intime, en revenant notamment sur son enfance :

Ma première joie de vivre... J'étais très jeune, je suis tombée aveugle à trois ans, et le suis restée pendant quatre ans. Ma première joie de vivre, c'est quand j'ai retrouvé la vue.

Publicité

J'ai quitté mon père pour la première fois à 10 ans. J'avais déjà l'esprit de liberté !

Édith Piaf explique surtout comment elle en est venue au chant. À 15 ans, elle quitte définitivement le cirque de son père. Elle commence à chanter dans la rue, puis aux bals musettes. Elle entre finalement dans un cabaret, où elle est tout de suite applaudie par le Tout-Paris.

En savoir plus : Edith Piaf du côté de l’intime

Mais cette émission est surtout l'occasion d'entendre pendant plus d'une heure une Édith Piaf enjouée et rieuse, entre plaisanteries et chansons (elle interprète notamment La vie en rose, Je n'en connais pas la fin, Sans amour rien du tout, et Bravo le clown).

Elle est accompagnée par ceux qui font sa joie de vivre, ses amis Jacques Bourgeat, Marguerite Monnot, Michel Emer, Henri Conté, Micheline Dax, Suzanne Flon, qui viennent tantôt chanter et jouer du piano, tantôt réciter des textes ou interpréter des sketchs. 

Émission "La joie de vivre" enregistrée à l'Alhambra. Première diffusion sur la chaîne nationale le 18 avril 1954. Par Henri Spade et Robert Chazal. Animée par Henri Spade et Jacqueline Joubert. Réalisée par André Hugues. Speaker : Charles Vincent Pierre. 

Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Christine Goémé
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation