Tiphaine Samoyault : "Aucune traduction n'est définitive, toutes les traductions doivent être refaites" : épisode 10/12 du podcast La Nuit de la traduction

Couverture de l'essai de Tiphaine Samoyault "Traduction et Violence" (Seuil).
Couverture de l'essai de Tiphaine Samoyault "Traduction et Violence" (Seuil). - éditions du Seuil
Couverture de l'essai de Tiphaine Samoyault "Traduction et Violence" (Seuil). - éditions du Seuil
Couverture de l'essai de Tiphaine Samoyault "Traduction et Violence" (Seuil). - éditions du Seuil
Publicité

La Nuit de la traduction, dernier entretien de la nuit avec l'essayiste et traductrice Tiphaine Samoyault auteure de l'essai "Traduction et Violence" au Seuil.

Avec
  • Tiphaine Samoyault essayiste, traductrice et critique littéraire, directrice d’études à l’EHESS

Comment les traducteurs et les traductrices vivent-ils la responsabilité qui leur incombe ? 

Deux invités ont éclairé tout au long de la nuit cette thématique, la traductrice et essayiste Tiphaine Samoyault auteure de Traduction et Violence (Seuil) et Emmanuel Lascoux, helléniste spécialiste d’Homère, récitant, pianiste et écrivain à qui l'on doit une nouvelle traduction de L'Odyssée chez POL. 

Publicité

Au programme de cette nuit nous avons ainsi écouté André Markowicz et Françoise Morvan (traducteurs de Tchekhov ou Dostoïevski) ; une archive de 1948 avec Sylvia Beach et Adrienne Monnier racontant l’aventure de la traduction d’Ulysse de James Joyce, puis Georges-Arthur Goldschmidt (traducteur de Kafka) suivi d’un volet de 2001 des Jeudis littéraires consacré à la nouvelle traduction de la Bible, avec Frédéric Boyer et Marc Sevin ; un entretien de 1971 avec Maurice-Edgar Coindreau, traducteur de Faulkner ; un entretien avec la traductrice du yiddish Rachel Ertel et, enfin, un documentaire consacré au traducteur Pierre Leyris, dans lequel témoignaient également Yves Bonnefoy et Philippe Jaccottet.

Tiphaine Samoyault auteure, évoque son expérience de lectrice et son panthéon des traduction s :   

Il y a des traductions qui ont fait date, qui ont fait office un peu de nouvel original, dans les cultures. Néanmoins, on peut citer les traductions des "Mille et une nuits" par Gallant, ou les traductions de Shakespeare par François-Victor Hugo. Mais aucune traduction n'est parfaite, ni définitive, toutes les traductions doivent être refaites. Finalement ce qu'on considère comme de grandes traductions sont surtout de grandes expériences de lectures, de grandes rencontres avec un texte à travers des traductions. La traduction de "Moby Dick" par Jean Giono, c'est à travers elle que j'ai découvert le texte et je ne sais pas si l'enchantement tient plus à la traduction qu'à la force du texte. 

Dans les traductions récentes l'une m'a plus marquée, celle de Kafka par Jean-Pierre Lefebvre, c'est un évènement considérable pour notre époque et dans notre langue, le français d'aujourd'hui. 

  • Par Mathilde Wagman
  • Réalisation : Virginie Mourthé
  • Avec la collaboration de Hassane M'Béchour
  • Rédaction web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • La Nuit de la traduction - Entretien 3/3 avec Tiphaine Samoyault (1ère diffusion : 03/10/2021)
Les Nuits de France Culture
40 min
Les Nuits de France Culture
31 min

L'équipe