Pierre Barouh, fin mai 2013, au lieu dit La Grêlerie, en Vendée
Pierre Barouh, fin mai 2013, au lieu dit La Grêlerie, en Vendée
Pierre Barouh, fin mai 2013, au lieu dit La Grêlerie, en Vendée ©Maxppp - Josselin Clair / Le Courrier de l'Ouest
Pierre Barouh, fin mai 2013, au lieu dit La Grêlerie, en Vendée ©Maxppp - Josselin Clair / Le Courrier de l'Ouest
Pierre Barouh, fin mai 2013, au lieu dit La Grêlerie, en Vendée ©Maxppp - Josselin Clair / Le Courrier de l'Ouest
Publicité
Résumé

Le roman, Le tour du monde, Les filles du dimanche, Ce n'est que de l'eau, Un homme et une femme, Des ronds dans l'eau, La bicyclette, Le Kabaret de la dernière chance... Les paroles et les musiques de Pierre Barouh jalonnent nos existences depuis un demi-siècle.

avec :

Pierre Barouh (Compositeur).

En savoir plus

Par Albane Penaranda - Avec Pierre Barouh - Réalisation Virginie Mourthé

Pierre Barouh a eu quatre-vingts ans en 2014 et il est toujours le jeune homme de vingt ans qui prenait la route et la mer pour découvrir le vaste monde.

Publicité

"Aujourd’hui, je suis ce que je suis, nous sommes qui nous sommes et tout ça c’est la somme du pollen dont on s’est nourri", chante Pierre Barouh dans Le Pollen.

Parmi d'autres, il y cite les noms de Jacques Prévert et Jean-Jacques Sempé, de Maria Bethânia et João Gilberto.

Nous les retrouvons dans sa Nuit rêvée ainsi que Jean-Roger Caussimon, Richard Desjardins et Ryuichi Sakamoto. Dans la Nuit de cet infatigable promeneur, nous allons aux quatre coins d'un terrain de rugby et aux trois coins de son_"triangle magique"_ : le Québec, le Japon et le Brésil évidemment. Celui qui se présentait en chantant Samba Saravah comme "peut-être le français le plus brésilien de France ", enfant de la banlieue nourri de Mac Orlan et de Trenet, aura été le meilleur ambassadeur de la musique brésilienne en France.

Une Nuit rêvée par Pierre Barouh… Mais les rêves tournent parfois au cauchemar. Dans les archives choisies, nous revenons en un lieu qui vibrait jadis de la liesse populaire la plus innocente. Son nom est devenu synonyme de honte et de douleur : Vel' d'Hiv'.

Un petit garçon né à Paris échappa au cauchemar. Il s'appelait Élie et vivait à Levallois-Perret. Quand le ciel s'obscurcit, il quitta sa banlieue pour être caché en Vendée. C'est là qu'Élie Barouh devint Pierre. Devenu grand, Pierre y acheta un moulin pour y vivre et y travailler, près de la rivière où enfant il faisait des ronds dans l'eau.

Vous pouvez écouter la deuxième et la 3ème partie de cette rencontre.

Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Christine Goémé
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation