Portrait de du poète français Francis Ponge, prise en février 1974. ©AFP - archives afp
Portrait de du poète français Francis Ponge, prise en février 1974. ©AFP - archives afp
Portrait de du poète français Francis Ponge, prise en février 1974. ©AFP - archives afp
Publicité
Résumé

En 1985, chez lui, au Bar-sur-Loup, Francis Ponge se raconte au micro de Jean Daive dans "Le bon plaisir" : sa passion pour les mots, sa vie entre les Cévennes et Paris, ses amis Braque et Picasso, son admiration pour Malherbe, avec des lectures et des témoignages de Derrida, André du Bouchet.

avec :

Francis Ponge (Poète), Jacques Derrida, André Du Bouchet (poète).

En savoir plus

A travers Ponge, vers quoi allons-nous ? En 1985, trois ans avant la mort du poète Francis Ponge, c’est ce que Jean Daive propose d’entrevoir dans "Le bon plaisir" qu’il consacre à l’auteur du Parti pris des choses. Ponge y lit Le Lézard, Le Cageot, L’Huître et aussi Le Papillon. Il avoue ses "blocages" à l'oral et reconnaît au moins une vertu à la poésie : "La poésie est un exercice de rééducation verbale." Il dit ses origines cévenoles et huguenotes, sa découverte de François de Malherbe et de La Fontaine.

Il évoque son amitié pour Braque, Picasso, et on peut y entendre la description qu’il fait de La Dame qui pleure.

Publicité

Ponge raconte ses débuts en poésie, l’origine de la musicalité de son écriture : "L’encre fait partie des humeurs corporelles, comme le sang et le sperme." Il explique comment sa poésie est née : une contemplation active du monde pour passer ensuite dans l’écriture. L'étymologie des mots est le préalable : "La seule chose de raisonnable est d’aller à la langue mère, le latin et le grec. Il faut regarder la langue française les yeux dans les yeux pour la dévisager".

Une poésie chez Ponge, de prose ou de vers, deux formes entre lesquelles il n’existe pour lui aucune différence. Ponge le poète, le Résistant, qui dans cette émission dit que la littérature ne peut être que transgression et comment sans la règle, il ne peut y avoir de transgression : "Le poète est fait pour aller contre la tyrannie."

Sur la force révélatrice du poème pongien, Jacques Derrida analyse : "Tous les grands écrivains sont aphasiques. C’est dans une difficulté d’élocution que l’écrit travaille. Ponge travaille au corps à corps avec la langue avec quelque chose de lent, de laborieux, de difficultieux, et qui compose avec une extraordinaire grâce."

Pourtant, Francis Ponge avoue : "J’ai passé ma vie à refuser le mot de 'poète' parce que je ne voulais pas être confondu avec tous les gens qui pleurent, qui se mouchent et montrent leur mouchoir et disent 'Voilà une page de poésie’. Et puis, à la longue, la barbe ! Puisqu’on veut que je sois poète, eh bien laissons faire !"

Avec Francis Ponge, André du Bouchet, Jacques Derrida et Jacques Dupin.

  • Par Jean Daive
  • Avec en archives, lectures de ses poèmes par Francis Ponge
  • Réalisation : Pamela Doussaud
  • Le bon plaisir - Francis Ponge (1ère diffusion : 06/07/1985)
  • Edition web : Sabine Bonamy, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Mathias Le Gargasson
Production déléguée
Antoine Dhulster
Production déléguée
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Anne de Biran
Anne de Biran
Anne de Biran
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation