Annie Le Brun : "C'est sous le signe de Rimbaud que commence le premier Manifeste du surréalisme" : épisode 9/10 du podcast Le Surréalisme après le Surréalisme

André Breton.
André Breton. ©Getty - Fine Art Images/Heritage Images
André Breton. ©Getty - Fine Art Images/Heritage Images
André Breton. ©Getty - Fine Art Images/Heritage Images
Publicité

Dans une semaine dédiée aux grands manifestes, cet entretien portait sur les manifestes du surréalisme. L'écrivaine Annie Le Brun nous en racontait l'histoire et rappelait la singularité de chacun de ces textes écrits par André Breton.

Avec

En 1998, l'émission "Le cabinet de curiosités" consacrait une semaine aux grands manifestes littéraires, philosophiques et politiques. Dans le quatrième numéro de cette série, Christine Goémé recevait Annie Le Brun pour évoquer les Manifestes du surréalisme rédigés par André Breton : le premier, celui de 1924, le second en 1930, et Prolégomènes à un troisième manifeste du surréalisme ou non en 1942.

Ce qui en jeu dans le Manifeste du surréalisme de 1924

Annie Le Brun présente les manifestes surréalistes écrits par André Breton à partir de 1924 comme des manifestes qui mettent en jeu tout l'homme, qui l'engagent entièrement et dont le propos est d'ordre éthique. Ce texte n'était au départ que la préface de Poisson Soluble, recueil de trente-deux historiettes en prose d'André Breton et ses amis qui relevait de l'expérience de l'écriture automatique. Mais en écrivant ce texte, Breton prend conscience de l'ampleur de ce qui se joue et selon Annie Le Brun il va s'employer à "réveiller en chacun de nous ce qu'il y a de plus enfoui, de plus condamné par ce monde-ci et de plus merveilleux". André Breton, à la suite de Rimbaud, déclare dans ce manifeste : "On sait maintenant que la poésie doit mener quelque part." Dans ce manifeste, c'est une pensée essentiellement passionnelle qui est mise en avant par André Breton qui avance d'une façon complètement désarmée et sincère.

Publicité

"Nous sommes habitués dans le gendre Manifeste à lire le développement d'une pensée discursive, or c'est tout sauf cela qui se passe avec André Breton. C'est une pensée essentiellement passionnelle et la difficulté vient de nous, nous n'avons pas coutume d'assister à une pensée de cet ordre." Annie Le Brun

L'intransigeance d'André Breton pour sauver le surréalisme

Dans cette émission, on peut aussi entendre une archive de 1952 où André Breton, interrogé par André Parinaud sur le Second Manifeste de 1930, explique le contexte de sa rédaction. Il dénonçait alors avec intransigeance ceux jugés coupables d'avoir dévié du projet surréaliste. Il lui semblait qu'il fallait trancher des liens pour continuer à avancer. Annie Le Brun revient sur ce Second manifeste où André Breton "veut envisager tout l'homme", d'où la nécessité de l'engagement politique et du refus de tout compromis.

  • Par Christine Goémé
  • Avec Annie Le Brun
  • Avec en archive la voix d'André Breton
  • Réalisation Danielle Fontanarosa
  • Le cabinet de curiosités - Les grands manifestes littéraires, philosophiques et politiques, 4ème partie : Les manifestes du surréalisme, avec Annie Le Brun (1ère diffusion : 26/11/1998)
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe