La comédienne Ludmila Mikaël en 1982.
La comédienne Ludmila Mikaël en 1982.
La comédienne Ludmila Mikaël en 1982. ©Getty - Photo by Jean-Louis URLI/Gamma-Rapho via Getty Images
La comédienne Ludmila Mikaël en 1982. ©Getty - Photo by Jean-Louis URLI/Gamma-Rapho via Getty Images
La comédienne Ludmila Mikaël en 1982. ©Getty - Photo by Jean-Louis URLI/Gamma-Rapho via Getty Images
Publicité
Résumé

En 1985, la Société des Comédiens Français présentait une mise en scène du "Misanthrope" de Molière de Jean-Pierre Vincent avec Ludmila Mikaël dans le rôle de Célimène et Michel Aumont dans celui d'Alceste.

avec :

Jean-Pierre Vincent (metteur en scène et comédien), Marc Fumaroli (historien, essayiste, membre de l'Académie française).

En savoir plus

Au milieu des années 80, Le Misanthrope de Molière faisait l'actualité du théâtre. Dans la mise en scène d'André Engel à Bobigny au printemps 85, avec Gérard Desarthe dans le rôle d'Alceste et à l'automne précédent, à la Comédie-Française, c'est Jean-Pierre Vincent qui proposait son Misanthrope avec Ludmila Mikaël dans le rôle de Célimène et Michel Aumont dans celui d'Alceste.

Dans le programme de ce spectacle Jean-Pierre Vincent écrivait ceci : "Le classicisme peut, à certaines époques, avoir une fonction minoritaire et polémique. Se confronter aux pièces du passé, c'est un peu se forcer à parler d'autre chose que de soi-même, à l'heure où chacun tend à se refermer sur sa propre biographie. L'économie classique peut avoir une valeur purgative dans un monde écrasé de signes".

Publicité

Comme Jean-Pierre Vincent nous y invitait, oublions nos propres biographies et écoutons "l'Atrabilaire amoureux" de Molière dans un enregistrement d'une nouvelle présentation de sa mise en scène à la Comédie-Française en 1984.

À l'entracte, pendant un petit quart d'heure, Jean-Pierre Vincent et Marc Fumaroli disaient à Jean-Loup Rivière deux ou trois des innombrables choses qu'ils avaient à dire du Misanthrope.

Jean-Pierre Vincent :

On a été très sensible à cette volonté de pureté presque tragique de la pièce. Il y a des contradictions très nourrissantes pour le travail de l'acteur et du metteur en scène. Célimène est une pionnière, parfois maladroite, d'une civilisation de l'amour et des relations interpersonnelles qui atteindront leur apogée, et leur perfection, au moment de Marivaux. (…) Il y a une autre contradiction entre la vitalité de Molière et de ses comédiens, ses camarades pour lesquels il a écrit la pièce, qui transparaît sans arrêt : cet imprévu de la vie qu'il a su retrouver et cette volonté d'anoblir sa propre écriture.

A propos des personnages :

Ses personnages étaient assez obsessionnels. Molière a écrit souvent des rencontres entre personnages assez obsessionnels. C'est-à-dire des gens qui ont une grande clarté de vision sur le monde, à cause de leur hystérie ou de leur obsession, mais qui ne se rencontrent jamais. (…) Les gens ne s'écoutent pas, ils sont ivres d'eux-mêmes, très narcissiques.

Avec Bernard Dhéran (Oronte), Michel Aumont (Alceste), Geneviève Casile (Arsinoé), Simon Eine (Philinte), Ludmila Mikaël (Célimène), Christine Murillo (Eliante), Jean-François Rémi (le garde), Hubert Gignoux (Du Bois), Jean-François Lapalus (Clitandre), Gérard Chaillou (Acaste), Gérard Malabat (un laquais), Olivier Medicus (un laquais), Rémy Riflade (Basque).

  • De Molière
  • Mise en scène Jean-Pierre Vincent
  • Réalisation : Christine Bernard-Sugy
  • Société des Comédiens Français - "Le Misanthrope" de Molière, dans une mise en scène de Jean-Pierre Vincent (1ère diffusion : 07/04/1985)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

Retrouvez ici l'ensemble de la 2ème Nuit Molière.

Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation