Annie Le Brun et Radovan Ivsic, 2009
Annie Le Brun et Radovan Ivsic, 2009
Annie Le Brun et Radovan Ivsic, 2009 - Dnltmcc via wikimedia commons
Annie Le Brun et Radovan Ivsic, 2009 - Dnltmcc via wikimedia commons
Annie Le Brun et Radovan Ivsic, 2009 - Dnltmcc via wikimedia commons
Publicité
Résumé

Au premier temps de cette série des "Chemins de la connaissance" portant sur ce qui reste du mouvement surréaliste cinquante ans après sa naissance, les poètes Annie Le Brun et Radovan Ivsic témoignent de la vivacité toujours actuelle de la subversion surréaliste.

avec :

Radovan Ivsic, Annie Le Brun (Ecrivain).

En savoir plus

En 1985, Colette Fellous invite les auditeurs des "Chemins de la connaissance" à se pencher durant une semaine sur ce qu'avait été l'évolution de ceux qui, d'une manière ou d'une autre, s'étaient intéressés à la pensée surréaliste. Au premier jour de cette semaine, ce sont les poètes et auteurs Annie Le Brun et Radovan Ivsic qui apportent leur témoignage de ce que représentent encore pour eux la promesse surréaliste.

Pour Annie le Brun, le surréalisme c'est d'être toujours à venir

Annie Le Brun a une vingtaine d'année quand elle rencontre André Breton avant de participer aux activités du groupe jusqu'à sa dissolution en 1969. Elle raconte ici ce qu'elle retient de l'aventure surréaliste, ce qu'elle décrit comme étant "la vie irréductible". Elle explique pourquoi elle croit en la survivance du surréalisme même si depuis 1924 le monde a bien sûr changé :

Publicité

"L'essentiel du surréalisme reste aussi vif, aussi neuf, aussi subversif qu'à son origine et cela pour une raison très forte, le surréalisme a misé sur la poésie, sur l'amour, sur la liberté. C'est-à-dire sur tout ce qui en l'homme ne se rend pas et sur ce qui est à l'origine des plus grandes révoltes. Avec le surréalisme, on est complètement en dehors des préoccupations littéraires et artistiques."

31 min

Annie Le Brun et Radovan Ivsic, la jubilation du travail collectif

Si le surréalisme n'a pas vieilli dans sa pensée insoumise, Annie Le Brun s'interroge sur ceux qui s'en réclament maintenant sans avoir le goût de la révolte et qui s'accommodent du monde comme il va. Elle en appelle au contraire à se tenir dans une posture de guetteur, sans rien déclamer au nom du surréalisme depuis sa disparition. Tenir sans compromission depuis 1969 c'est la tâche que ce sont donnés autour d'Annie Le Brun, les artistes Radovan Ivsic, Georges Goldfayn et Toyen (décédée en 1980). Leur travail collectif a pris la forme des Éditions Maintenant.

Né à Zagreb en 1921, poète et dramaturge interdit par le régime oustachi puis par celui de Tito, Radovan Ivsic quitte la Yougoslavie pour rejoindre la France en 1954. Accueilli à Paris par Benjamin Péret et André Breton, Ivsic est dès lors de toutes les manifestations du groupe surréaliste. Il nous parle dans cette émission de la forte présence du mouvement surréaliste en Yougoslavie mais qui a dégénéré et s'est arrêté très tôt.

  • Par Colette Fellous
  • Avec Annie Le Brun et Radovan Ivsic
  • Avec en archive la voix d'André Breton
  • Les chemins de la connaissance - Le surréalisme aujourd'hui, 1ère partie : avec Annie Le Brun et Radovan Ivsic (1ère diffusion : 11/11/1985)
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation