Kaunas en Lituanie, ville natale du philosophe Emmanuel Levinas.
Kaunas en Lituanie, ville natale du philosophe Emmanuel Levinas. ©Getty - Andrius Aleksandravicius / EyeEm
Kaunas en Lituanie, ville natale du philosophe Emmanuel Levinas. ©Getty - Andrius Aleksandravicius / EyeEm
Kaunas en Lituanie, ville natale du philosophe Emmanuel Levinas. ©Getty - Andrius Aleksandravicius / EyeEm
Publicité

En 1981, le philosophe Emmanuel Levinas se raconte et déploie sa pensée au micro de Philippe Nemo dans une série en dix épisodes des "Chemins de la connaissance". Dans le premier volet il revient sur ses années de formation en Ukraine, à Strasbourg, puis Paris.

Dans ce premier entretien d'une série de dix, menés par Philippe Nemo en 1981, le philosophe Emmanuel Levinas raconte la première étape de sa formation au lycée Impérial de Kharkov, en Ukraine, avant d'arriver en France. Il est né le 30 décembre 1905 à Kaunas, territoire situé dans le Lituanie actuelle, qui fait alors partie de l'Empire Russe. Il évoque sa judéité, sa culture hébraïque : "la culture hébraïque m'a toujours été donnée en guise de culture universelle, apportant les valeurs mêmes qui sont répandues en Occident. C'est ainsi que les choses m'ont été présentées et je pense qu'elles l'ont été selon la vérité". Il explique ses études philosophiques à Strasbourg en 1923, l'influence de Bergson et Durkheim. Il se souvient de ses réflexions de jeunesse sur la philosophie.

Il se souvient de ses impressions quand il découvre la France : "J'étais ébloui par la simplicité, la clarté dans le fait même d'être citoyen ou d'être membre de cette société ; et par l'enseignement des maîtres que j'ai trouvé à Strasbourg, qui sont restés pour moi les vrais hommes, ceux qu'on a connu à dix-sept ans, avec toute leur autorité qui est restée incontestable".

Publicité

Il y a toujours une part de mystère dans la façon dont une pensée philosophique voit le jour. On peut penser la chose en termes de hasard  : les exactes conditions, parmi une infinité de possibles, étaient réunies pour qu’émerge précisément cette pensée. De façon moins pragmatique, on peut parler d’un rapport absolument unique, singulier de chaque être au monde qui s’actualiserait de façon différente. Pour Bergson, le philosophe ou la philosophe poursuit un point de contact unique avec le réel, une intuition qu’il ou elle tentera toute sa vie de formuler.

Dans le cas d’Emmanuel Levinas, cette intuition porterait peut-être, en simplifiant de façon presque grotesque sur l’éthique en tant que mode de rapport fondamental entre les êtres, auquel on accède par le visage, et qui offre une sortie du solipsisme. Il est bien entendu impossible de deviner d’où précisément est venue cette intuition, qui est toute évidence partiellement ancrée dans son éducation hébraïque et philosophique. Bien que l’émergence de l’événement-pensée dans l’esprit du philosophe reste irréductible à un phénomène purement culturel et pragmatique. Cette exceptionnelle série d'entretiens est l'occasion de découvrir le parcours du philosophe qui est né dans une Lituanie alors située au sein de l’Empire Russe, puis a vécu à Kharkov, avant d’aller étudier en France où il se tourne définitivement vers la philosophie.

  • Par Philippe Némo
  • Avec Emmanuel Levinas
  • Réalisation : André Mathieu
  • Les chemins de la connaissance - Levinas 1/10 : Les années de formation (1ère diffusion : 02/03/1981)
  • Edition web : Sandrine England, Documentation de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe