Le philosophe Emmanuel Levinas en 1988 à Paris.
Le philosophe Emmanuel Levinas en 1988 à Paris. ©Getty - Ulf Andersen
Le philosophe Emmanuel Levinas en 1988 à Paris. ©Getty - Ulf Andersen
Le philosophe Emmanuel Levinas en 1988 à Paris. ©Getty - Ulf Andersen
Publicité

En 1981, le philosophe Emmanuel Levinas donne dix entretiens pour "Les Chemins de la connaissance" au micro de Philippe Nemo. Dans le deuxième volet, il raconte sa découverte du philosophe Martin Heidegger.

En 1981, le philosophe Emmanuel Levinas accorde dix entretiens à Philippe Nemo pour "Les Chemins de de la connaissance". Dans le second volet il évoque sa découverte de la pensée d'Edmund Husserl et celle de Martin Heidegger alors qu'il étudie à Fribourg. Il commente Sein und Zeit, l'ontologie et la notion de l'Être chez le philosophe allemand : "dans "Zein und Seit", dans les analyses de l’angoisse, du souci de l’être à la mort, nous assistons à un exercice souverain de la phénoménologie extrêmement brillant, extrêmement convaincant et qui, en même temps, a été la description de l’être de l’homme. Non pas de la nature de l ’homme, mais la manière dont l’homme est. C’était l’explicitation de l’existence humaine. Dans cet entretien, Emmanuel Levinas détaille également ses divergences avec la pensée heideggérienne.

Les philosophes ont souvent dans leurs parcours des figures tutélaires. Heidegger et Husserl en avaient une en commun : Franz Bretano, philosophe allemand du XIXe siècle qui est largement responsable du concept moderne d’intentionnalité et donc sans aucun doute de l’émergence de la phénoménologie. Mais Husserl et Heidegger ne partagent pas seulement le même maître : ils sont aussi deux des philosophes les plus influents du XXe siècle, laissant une trace indélébile notamment sur l’œuvre et la personne d’Emmanuel Levinas. En effet, à 23 ans, un jeune Levinas découvre pour la première fois Sein und Zeit, Être et temps, l’un des œuvres majeures de Heidegger. C’est une des lectures les plus importantes et essentielles de sa vie : pour lui, c’est l’ouvrage dans lequel Heidegger réveille l’être, comme si la philosophie jusque-là avait été une tentative vaine de répondre à la question de la signification de l’être. La lecture de celui qui sera son professeur le temps d’un semestre à l’université de Fribourg le conforte dans son désir de faire une philosophie nouvelle, phénoménologique mais pas que. Husserl eut également un impact essentiel par son œuvre et ses enseignements, qu’il reçut encore une fois à l’université de Fribourg.

Publicité

C’est l’importance de cette double influence que raconte Emmanuel Levinas lui-même au micro de Philippe Nemo dans cette émission. On entrevoit dans l'entretien aux accents autobiographiques une genèse partielle mais fort utile de la pensée de Levinas, aidant ainsi à comprendre la construction de l’une des œuvres philosophiques les plus riches et singulières du XXe siècle.

  • Par Philippe Némo
  • Avec Emmanuel Levinas
  • Réalisation André Mathieu Les chemins de la connaissance - Levinas 2/10 : Ma découverte de Husserl et Heidegger (1ère diffusion : 03/03/1981)
  • Edition web : Sandrine England, Documentation de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production
Mathias Le Gargasson
Production déléguée
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Anne de Biran
Anne de Biran