Portrait pris en 1959, de l'écrivain français Henri Troyat.
Portrait pris en 1959, de l'écrivain français Henri Troyat. ©AFP - afp
Portrait pris en 1959, de l'écrivain français Henri Troyat. ©AFP - afp
Portrait pris en 1959, de l'écrivain français Henri Troyat. ©AFP - afp
Publicité

Henri Troyat, en 1952, avait répondu à l'invitation des "Grandes conférences" sur le thème "Les auteurs et leurs livres", c'est ainsi qu'il évoquait lui-même la génèse de son cycle romanesque intitulé " : "Tant que la terre durera".

Dans le cadre des Grandes conférences de l'Université des Annales, l'écrivain Henri Troyat participait au cycle intitulé Les auteurs et leurs livres. Il avait choisi d'évoquer le cycle romanesque en sept tomes qu'il avait écrit de 1947 à 1950, Tant que la terre durera.

Au début de la conférence, il évoque la naissance de ce cycle romanesque, à chercher dans les origines russes de sa famille exilée à Paris en 1920 : 

Publicité

"Tant que la terre durera" est né de cette rencontre entre un enfant chargé de souvenirs merveilleux et un homme faisant profession d'écrire. La conséquence naturelle de l'exil est de parer d'un charme extraordinaire le pays que l'on a quitté et où l'on ne peut plus revenir… Je n'avais gardé de la Russie que des images vagues et puériles. Mon père et ma mère en revanche avaient vu leur vie brisée par la révolution bolchevique.

L'exil pour moi c'était un changement de vie et tout changement de vie, à l'âge de sept ans, est une promesse de bonheur. Comme tous les émigrés, mes parents croyaient qu'ils resteraient en France un ou deux ans à peine, le temps que le régime bolchevique s'écroule de lui-même. (...) Avec les mois qui passaient, leur espoir baissa.  

Je sentais que nous étions en France pour longtemps, pour toute notre vie peut-être. Au lycée je me liais facilement avec des garçons français de mon âge. Pourtant je me sentais différent des autres par mes origines, par mon passé, marqué aux couleurs d'un destin original. Je ne voulais, ni ne pouvait m'en défaire. Mes camarades ne changeaient pas de pays en sortant du lycée, moi en rentrant à la maison je quittais la France pour me plonger dans la Russie.

  • Les grandes conférences - Les auteurs et leurs livres : .(1ère diffusion : 13/10/1952 Chaîne Nationale)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Antoine Dhulster
Production déléguée