Armée israélienne pendant la bataille du Golan lors de la Guerre du Kippour le 9 octobre 1973.
Armée israélienne pendant la bataille du Golan lors de la Guerre du Kippour le 9 octobre 1973.
Armée israélienne pendant la bataille du Golan lors de la Guerre du Kippour le 9 octobre 1973. ©Getty - Keystone
Armée israélienne pendant la bataille du Golan lors de la Guerre du Kippour le 9 octobre 1973. ©Getty - Keystone
Armée israélienne pendant la bataille du Golan lors de la Guerre du Kippour le 9 octobre 1973. ©Getty - Keystone
Publicité
Résumé

Dans le huitième entretien que lui consacrait la série des "Grands Contemporains", Golda Meir revient sur l'un des moments les plus importants de l'histoire d'Israël, qu'elle refusait le plus souvent d'évoquer : la Guerre du Kippour de 1973, qui marqua la fin de son mandat de Première ministre.

avec :

Golda Meir (Ancienne Première ministre dIsraël (1898-1978)).

En savoir plus

Quatre ans après le conflit qui marqua la fin de sa vie politique, Golda Meir accepte de revenir sur la véritable tragédie que fut la Guerre du Kippour de 1973. Le 6 octobre, jour de Yom Kippour, l'Égypte et la Syrie attaquèrent simultanément les positions israéliennes des régions du Sinaï et du Golan occupées depuis 1967, marquant le début d'une guerre de près de trois semaines qui allait engager des forces considérables et menacer comme jamais la sécurité d'Israël.

Au micro de Patrice Galbeau, Golda Meir rappelle les dysfonctionnements entre les services de renseignement et l'état-major des armées qui exposèrent Israël à la surprise d'une attaque pourtant prévisible. Elle dit ses remords de ne pas avoir décrété la mobilisation générale alors qu'elle était convaincue de l'imminence d'une attaque à laquelle ne croyaient pas ses généraux. Elle avoue ne pas se pardonner d'avoir capitulé devant eux, de ne pas avoir cru en son pressentiment qu'une attaque était en train de se préparer comme en 1967 lors des mouvements de troupes égyptiennes. "C'est ce qui me tourmentera toute ma vie. Pourquoi me suis-je tue ?", confie-t-elle. Ne pas avoir décidé la mobilisation générale a fait perdre à l'armée israélienne des jours précieux dans ce conflit, le temps d'acheminer les soldats réservistes aux frontières, et cela a mis en danger les troupes sur place. Ce cauchemar de la guerre d'octobre 1973 la poursuit depuis cette date.

Publicité

À lire aussi : Le Golan, un atout éternel ?

  • Par Patrice Galbeau
  • Réalisation : Alain Pollet
  • Les grands contemporains - Golda Meir, entretien 8/10 (1ère diffusion : 21/12/1977)
  • Avec les témoignages de Lou Kadar, secrétaire particulière de Golda Meir et Daniel Mayer, homme politique et ancien résistant
  • Traduction de Golda Meir par la voix de Denise Gence
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée