Estampe Palais de l'Elysée, Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871).
Estampe Palais de l'Elysée, Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871).
Estampe Palais de l'Elysée, Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871). - Gallica, BNF, Domaine public
Estampe Palais de l'Elysée, Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871). - Gallica, BNF, Domaine public
Estampe Palais de l'Elysée, Collection De Vinck (histoire de France, 1770-1871). - Gallica, BNF, Domaine public
Publicité
Résumé

En 2012, "Les Lundis de l'histoire" proposent une visite de l'Elysée. Au micro de Philippe Levillain, François d’Orcival et Frédéric Salat-Baroux reviennent sur les trois siècles d'histoire de ce lieu de pouvoir majeur en France.

avec :

François d'Orcival (éditorialiste et membre de l'Institut), Frédéric Salat-Baroux (haut fonctionnaire et avocat).

En savoir plus

En 2012, Les Lundis de l'histoire proposaient de retracer les grands épisodes qui ont fait l’histoire de l'Elysée avec l’ancien secrétaire général de l’Elysée Frédéric Salat-Baroux et le journaliste et historien François d'Orcival.

Situé au 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, au cœur du 8ème arrondissement de Paris,  le Palais de l’Elysée, parfois simplement nommé “le palais”, symbolise le pouvoir de l’Etat.

Publicité

Depuis les débuts de la Cinquième République on prête à l’Elysée un certain éloignement des autres centres du pouvoir institué. Cette distance se vérifie dans la géographie de la capitale : le siège de la présidence trône depuis la rive droite de la Seine, les deux chambres du parlement quant à elles se situent sur la rive gauche ainsi que l’hôtel Matignon et une grande partie des ministères.

Cette particularité tient à l’histoire des lieux : le palais de l’Elysée est édifié au XVIIIe siècle dans un quartier qui est à cette époque à la périphérie de Paris. Le bâtiment tombe rapidement dans le domaine public et verra défiler en un siècle de temps plusieurs figures associées aux régimes politiques successifs, la marquise de Pompadour, Joachim Murat, Joséphine de Beauharnais et Napoléon premier.

En 1848 lorsque la IIème République cherche un lieu pour héberger la présidence qui vient d’échoir à Louis-Napoléon Bonaparte, le palais s’impose comme marqueur d’une continuité entre monarchie, Empire et le nouveau régime républicain.

L’Elysée présente l’avantage de donner, à l’époque, les apparences d’un pouvoir plus modeste que la monarchie associée aux Tuileries. La suite est connue : c’est le coup d’Etat de Louis-Napoléon en 1851, coup d’Etat fomenté depuis l’Elysée avant que le pouvoir ne retrouve les fastes du palais des Tuileries. La présidence de la République reviendra à l’Elysée à la fin du XIXe siècle et n’en bougera plus, malgré quelques velléités de déménagement prêtées à de Gaulle.

  • Par Philippe Levillain
  • Réalisation : Ghislaine David
  • Avec François d’Orcival et Frédéric Salat-Baroux - Lectures Jean-Pierre Le Roux du livre de François d’Orcival "Le nouveau roman de l’Elysée, trois siècles d’histoire de France" (éditions du Rocher, 2012) -
  • Les lundis de l’histoire - l’Elysée (1ère diffusion : 27/08/2012)
  • Indexation web : Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée