Des caractères d'imprimerie en métal
Des caractères d'imprimerie en métal ©Getty - Busà Photography
Des caractères d'imprimerie en métal ©Getty - Busà Photography
Des caractères d'imprimerie en métal ©Getty - Busà Photography
Publicité

Les auteurs et les éditeurs fonctionnent généralement main dans la main, les uns ayant besoin des autres. Mais était-ce toujours le cas ? Qu'en était-il en 1975 ?

Quel était, dans la France de 1975, l'état des relations entre des éditeurs et des auteurs ? C'est ce que l'on peut découvrir en écoutant l'émission des après-midi de France Culture, Deux heures pour comprendre, dans laquelle, cette année-là, Claude Hudelot et Jean Montalbetti disséquaient avec leurs invités les rapports auteurs/éditeurs. Sur ce sujet discutaient, s'accordaient ou s'opposaient auteurs, agents et éditeurs. 

Le mardi 25 novembre 1975 est votée une loi qui accorde un véritable statut social aux artistes et notamment aux écrivains, qui vont enfin avoir accès aux mêmes prestations que les salariés. Pourtant, la situation des auteurs en France ne change pas du jour au lendemain avec cette décision des pouvoirs publics, présentée un peu abusivement par certains comme la concession d'un privilège aux écrivains. Reste les rapports entre l'auteur et ses employeurs : les éditeurs. Le contrat-type signé entre auteurs et éditeurs est-il un contrat léonin ? 

Publicité

L'auteur tout seul ne pourrait pas sortir son livre, je crois que c'est un travail d'équipe, mais je pense tout de même que le travail de l'auteur est primordial parce que pour avoir des services techniques sensationnels, si le bouquin ne vaut rien, il ne se vendra pas."            
Un éditeur.

Dans les maisons d'éditions, il y avait le littéraire d'un côté, la fabrication de l'autre. Je pense que c'est en train de changer, les écrivains s'intéressent de plus en plus à la typographie, aux problèmes de fabrication de leurs livres."            
Bernard Pingaud, écrivain

Il y a deux sortes de rapports, il y a le rapport contractuel pur et le rapport humain. Il est évident que les auteurs qui sont publiés par des petites maisons d'éditions auront des rapports privilégiés avec les directeurs d'édition. Les rapports ne sont pas les mêmes que dans les maisons d'éditions énormes, gigantesques, tentaculaires, où on ne connaît pas l'éditeur, et où il y a une hiérarchie de 25 personnes entre l'auteur et l'éditeur."            
Jean-Claude Lattes

Il faut d'abord changer les rapports entre les individus. Si nous travaillons avec les auteurs, les directeurs de collection, les producteurs de livres ensemble dans un réel mécanisme de coopérative, la coopérative est faite. Ce qu'il faut d'abord, c'est casser le rapport paternaliste dans l'édition où les auteurs vont voir leurs papas, leurs mamans, leurs oncles, etc., [qui sont] directeurs de collections et autres. Ce qu'il faut c'est un rapport plus loyal, plus ouvert, plus franc et aussi plus dynamique.            
Jean-Edern Hallier

  • Deux heures pour comprendre - Les rapports éditeurs-auteurs (1ère diffusion : 11/12/1975)
  • Par Jean Montalbetti, Claude Hudelot et Yves Loiseau 
  • Avec Bernard Pingaud, Jean Guenot, Jean-Claude Lattes, Gérard Guégan, Philippe Sollers, Jean Rousselot, Jean-Edern Hallier et Georges Léon 
  • Réalisation Bernard Saxel

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée