L'écrivain Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature, dans son bureau, le 19 août 1967
L'écrivain Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature, dans son bureau, le 19 août 1967
L'écrivain Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature, dans son bureau, le 19 août 1967 ©Getty - Keystone/Hulton Archive
L'écrivain Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature, dans son bureau, le 19 août 1967 ©Getty - Keystone/Hulton Archive
L'écrivain Miguel Angel Asturias, Prix Nobel de littérature, dans son bureau, le 19 août 1967 ©Getty - Keystone/Hulton Archive
Publicité
Résumé

« Une vie, une œuvre » rendait hommage en 2005 à Miguel Angel Asturias, écrivain majeur du Guatemala. Nourri de mythologie maya, il s’invente une généalogie indienne. Diplomate, il est aussi l'un des premiers écrivains hispano-américains à accéder à une notoriété internationale.

avec :

Miguel-Angel Asturias (Écrivain guatémaltèque).

En savoir plus

Miguel Angel Asturias raconte dans quelles circonstances il est devenu écrivain :

Il y a eu au Guatemala le 25 décembre 1917, un grand tremblement de terre qui a mis par terre toute la ville. J’avais à ce moment 18 ans. Dans la maison en pierres, j’ai vu que le piano était massacré. Je ne pouvais pas jouer du piano et j’ai laissé tomber la musique. A la lumière de la bougie, j’ai commencé à écrire des petits contes, des petites histoires, des poèmes. C’est comme ça que j’ai commencé à écouter cette voix qui était surtout la voix de l’affabulation. 

Publicité

Selon José Méjia : "Son œuvre est ancrée dans son pays […] Il invente littérairement son pays."

L'écrivain guatémaltèque, Prix Nobel de littérature et Prix Lénine de la Paix, caractérise ainsi son style au lyrisme tropical :

Dans mes romans la nature prend une qualité de personnage. Ce n’est pas une décoration de théâtre […] les volcans ont une volonté, les lacs ont une conscience, tout ça est animé dans une espèce d’animisme, propre à la mentalité des Indiens.

À propos de son pays, Miguel Angel Asturias disait : 

Le Guatemala est un pays surréaliste. Tout - hommes, paysages et choses - y flotte dans un climat surréaliste de folies et d'images juxtaposées. C'est pourquoi mes livres ressemblent aux peintures murales de Mexico où tout est mêlé : paysans, lièvres, archevêques, aventuriers, femmes de mauvaise vie, ainsi que notre nature, vastes plaines et forêts immenses, où nous ne sommes que de pauvres petits êtres .

Avec Miguel Angel Asturias, Claude Couffon (traducteur), Alfredo Pita (journaliste et romancier), José Mejia (critique littéraire et auteur) et Pierre Rivas (professeur de littérature comparée à Paris X).

  • Par Catherine Pont-Humbert 
  • Réalisation : Annie Douel
  • Une vie, une oeuvre - Miguel Angel Asturias (1899-1974) (1ère diffusion : 30/10/2005)
  • Indexation web : Véronique Vecten, Documentation sonore de Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée