Nathalie Sarraute : "Les tropismes se produisent avant l'action, aux limites de la conscience, avant même la parole..."

Nathalie Sarraute, 1967
Nathalie Sarraute, 1967 ©Sipa - Ozkok
Nathalie Sarraute, 1967 ©Sipa - Ozkok
Nathalie Sarraute, 1967 ©Sipa - Ozkok
Publicité

En 1959, dans "Les voix de l'avant-garde" Nathalie Sarraute expliquait sa conception du roman.

Avec

En 1959, Youri s'entretenait avec Nathalie Sarraute qui publiait Le Planétarium aux éditions Gallimard. L'écrivain s'exprimait longuement sur les problèmes posés par l'évolution du roman, elle en donnait également sa conception, en prenant pour exemple son premier livre Tropismes. Des lectures d'extraits de l'oeuvre par les comédiens Jacqueline Frot et Jean Topart émaillaient l’entretien.

Elle décrit ce qu'elle entend par "tropismes" :

Publicité

Ils se produisent avant l'action, aux limites de la conscience, avant même la parole, quand cela affleure à peine à la conscience. […] Il y a ce fond anonyme, et de ce fond anonyme surgit la personnalité. Il constitue la base sur laquelle on construit sa personnalité. Mais ce fond est identique chez tout le monde.

  • Production : Youri
  • Réalisation : Gérard Herzog
  • 1ère diffusion : 15/07/1959 Chaîne Nationale
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation de Radio France
  • Archive INA-Radio France

L'équipe