Luiz Inácio Lula da Silva (centre) lors du lancement de sa campagne pour l'élection présidentielle, à Sao Paulo le 7 mai 2022.
Luiz Inácio Lula da Silva (centre) lors du lancement de sa campagne pour l'élection présidentielle, à Sao Paulo le 7 mai 2022. ©AFP - Nelson ALMEIDA
Luiz Inácio Lula da Silva (centre) lors du lancement de sa campagne pour l'élection présidentielle, à Sao Paulo le 7 mai 2022. ©AFP - Nelson ALMEIDA
Luiz Inácio Lula da Silva (centre) lors du lancement de sa campagne pour l'élection présidentielle, à Sao Paulo le 7 mai 2022. ©AFP - Nelson ALMEIDA
Publicité

Les Brésiliens votent pour élire leur président ce 2 octobre 2022. C'est une élection où s'opposent deux visions radicalement différentes de la politique de ce pays. Retour en archives sur l'histoire politique et sociale du Brésil, avec pour boussole sa devise "Ordre et progrès".

L'élection présidentielle brésilienne du 2 octobre s’annonce comme la plus mouvementée politiquement de ces dernières décennies après le mandat chaotique du président d’extrême droite Jair Bolsonaro… Un mandat qui laissera des traces quelle que soit l’issue de ce vote : dans sa politique intérieure aussi bien que dans les institutions internationales, l’Etat brésilien de ces dernières années s’est révélé climatosceptique, autoritariste et même nostalgique de la période de la dictature à en croire les déclarations publiques de Jair Bolsonaro.

Une régression dans l’histoire de ce géant de l’Amérique du Sud qui amène à s’interroger sur le sens que ce pays donnait et donne aujourd’hui encore à sa devise nationale : "Ordre et progrès". C’est le fil conducteur de cette sélection d’archives… Qui nous amène d’abord à nous intéresser aux échanges culturels entre la France et le Brésil à la fin du XIXe siècle.

Publicité

Car il faut en revenir à ce moment de l’histoire : la devise nationale brésilienne est issue du positivisme du philosophe français Auguste Comte. Un penseur influent dans le monde entier à cette époque et singulièrement au Brésil qui rompt alors avec son régime impérial et fonde sa première république en 1889.

En ce temps-là, la pensée positiviste se donne pour projet d’affranchir l’humanité de ses anciennes croyances pour la placer sur la voie du progrès. À l’origine la devise d’Auguste Comte a même un troisième terme. Le positivisme selon Auguste Compte c’est "l’amour comme principe, l’ordre comme base, le progrès comme but".

Cette pensée franchit donc l’Atlantique dans la deuxième moitié du XIXe siècle à la faveur des échanges intellectuels et culturels entre l’Europe et l’Amérique du Sud, et elle accompagne les élites et la classe dirigeante du Brésil soucieux de mettre leur pays sur la voie de la modernisation. Mais à mesure que passent les décennies, cette modernisation brésilienne a tendance à conserver l’ordre en laissant le progrès de côté jusqu'à mettre en place une dictature militaire entre 1964 à 1985.

Dans la continuité de ce questionnement sur l’origine de la violence dans ce pays, on peut se demander aussi comment interpréter l’alternance de ces dernières décennies entre une longue période de gouvernement de gauche de 2002 à 2016 et le retour de l’extrême droite militariste en 2018. Ultime convulsion autoritaire avant une normalisation démocratique, ou retour à des traditions que l’on croyait disparues avec la dictature ? C’est le vote de ce dimanche qui le dira.

En attendant, plongeons-nous dans cette nuit brésilienne avec des écrivains, des historiens, des sociologues, des intellectuels, et aussi bien sûre des témoignages d’anonymes dans les émissions et les documentaires qui composent ces sept heures d’archives.

  • Les Nuits de France Culture - Brésil : ordre et progrès ?
  • Par Antoine Dhulster
  • Réalisation Virginie Mourthé
  • Archives Ina /Radio France

Retrouvez l'ensemble de la nuit  Brésil : ordre et progrès ?

L'équipe

Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production
Mathias Le Gargasson
Production déléguée
Antoine Dhulster
Production déléguée
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Anne de Biran
Anne de Biran
Anne de Biran
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation