Alexandra Chabenat - Lycée technique Voillaume, Aulnay-sous-Bois, 1991, Projet "Aulnay-sous-Quoi ?"
Alexandra Chabenat - Lycée technique Voillaume, Aulnay-sous-Bois, 1991, Projet "Aulnay-sous-Quoi ?"
Alexandra Chabenat - Lycée technique Voillaume, Aulnay-sous-Bois, 1991, Projet "Aulnay-sous-Quoi ?" - Marc Pataut
Alexandra Chabenat - Lycée technique Voillaume, Aulnay-sous-Bois, 1991, Projet "Aulnay-sous-Quoi ?" - Marc Pataut
Alexandra Chabenat - Lycée technique Voillaume, Aulnay-sous-Bois, 1991, Projet "Aulnay-sous-Quoi ?" - Marc Pataut
Publicité
Résumé

Aulnay-sous-Bois, le lycée Voillaume en 1991, 2600 élèves 330 professeurs dans un établissement initialement prévu pour 1600 élèves... Les "Nuits Magnétiques" s'y transportaient pour rendre compte de l'expérience pédagogique menée auprès d'élèves en situation d'échec dans une classe de seconde.

En savoir plus

Aulnay-sous-Bois en 1991… une banlieue, pas pire que beaucoup d'autres sans doute, avec, dans sa zone de grands ensembles, dans le quartier de la Rose-des-Vents, les problèmes inhérents à ce que l'on appellera dorénavant "les cités". Des banlieues, des cités qui, dans les années 90, flambaient déjà et sur lesquelles depuis plusieurs années se penchaient politiques, sociologues et urbanistes, impuissants, comme tout le monde, à résoudre ce qui était devenu peut-être le principal problème des grands ensembles : le travail, où plutôt sa rareté.

Aulnay-sous-Bois, le lycée Voillaume en 1991, 2600 élèves 330 professeurs dans un établissement initialement prévu pour accueillir 1600 élèves… Des enseignants auxquels, déjà, il était implicitement demandé de dépasser leur fonction, et leur compétence, pour prendre en charge les blessures sociales, culturelles, psychologiques et identitaires des adolescents des quartiers pudiquement étiquetés "difficiles". Un lycée où se transportaient les "Nuits Magnétiques_"_ pour rendre compte de l'expérience pédagogique qu'on y menait dans une classe de seconde qui accueillait des lycéens en situation d'échec. À cette expérience s'était associé le photographe Marc Pataut que l'on retrouvait dans cette émission.

Publicité

La série photographique a fait l’objet d’un ouvrage, Aulnay-sous-Quoi ? publié en 1997 par l’association Ne Pas Plier, dans lequel sont également reproduits les lettres, les textes de John Berger, ainsi que les poèmes et textes des élèves. (notice du livre “De proche en proche”, édition Filigranes, 2019)

Nuits magnétiques - Aulnay-sous-Quoi ?, deuxième et dernière partie, avec la participation de l'écrivain John Berger, une émission  diffusée la première fois le 29 mai 1991 sur France Culture. Ces émissions consistent en un montage d’entretiens et de lectures par les lycéens des lettres de 1943 et de leurs propres textes. En écho, l’écrivain John Berger leur répond et lit également ses propres textes.

Du 18 juin au 22 septembre 2019, exposition du travail photographique de Marc Pataut, notamment à Aulnay-sous-Bois, au musée du Jeu de Paume, Paris : Marc Pataut, de proche en proche.

  • Production : Michel Maire 
  • Réalisation : Isabelle Jeanneret
  • Nuits magnétiques - Aulnay-sous-Quoi ? 2/2 : Et nos visages mon cœur, fugaces comme des photos
  • Avec John Berger (écrivain), Christophe Louis, Marie-Paule Leroy, Marc Pataut (photographe) et les élèves de la classe de seconde 11 du lycée Voillaume d'Aulnay-sous-Bois
  • 1ère diffusion : 29/05/1991
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée