Vitre à Bruxelles
Vitre à Bruxelles ©AFP - Emmanuel Dunand
Vitre à Bruxelles ©AFP - Emmanuel Dunand
Vitre à Bruxelles ©AFP - Emmanuel Dunand
Publicité

Les "Nuits magnétiques" menaient l'enquête, en 1998, sur une très vieille tradition linguistique bruxelloise, un mélange de français, de flamand et d'allemand : "le parler bruxellois"...

Un dialecte ? Une langue ? Et d'où vient-elle ? Du bas allemand du temps de Marie-Thérèse d'Autriche... de plus loin, de la Lotharingie ? Qu'est-ce donc que le "parler bruxellois", l'accent belge existe-t-il ? Les "Nuits magnétiques" menaient l'enquête en 1998, une émission produite par Jean-Marc Turine et réalisée par Nathalie Triandaphylidès, avec Louise Claessens, Albert Doppagne et Gustave Dubois.

"L'accent belge" n'existe pas. Cet accent aisément reconnaissable trouve ses racines à Bruxelles, ville bilingue depuis toujours. Indépendant, querelleur à l'humour typique qui laisse pantois les profanes, le Bruxellois véhicule une très vieille tradition linguistique : un mélange de français, de flamand et d'allemand.

Publicité
  • Production :  Jean-Marc Turine
  • Réalisation : Nathalie Triandaphylidès
  • Nuits magnétiques - Le parler bruxellois (1ère diffusion : 17/06/1998)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe