Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy pendant une séance de photos le 16 octobre 2017.
Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy pendant une séance de photos le 16 octobre 2017. ©AFP - Joël Saget
Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy pendant une séance de photos le 16 octobre 2017. ©AFP - Joël Saget
Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy pendant une séance de photos le 16 octobre 2017. ©AFP - Joël Saget
Publicité

Cette série des "Nuits magnétiques" a pour vocation de faire le tour du politique, d'interroger les liens entre la société et les hommes politiques. Pour les intervenants, il est temps de se réinventer, de moderniser le métier de parlementaire au risque de voir le fossé se creuser dangereusement.

A quoi sert au juste l’Assemblée nationale ? La question ne relève pas simplement de la boutade ou de la provocation... Sous la Cinquième République, en raison d’un équilibre institutionnel nettement en faveur du pouvoir exécutif, la chambre basse du parlement se trouve régulièrement confrontée à des crises existentielles. C’est spécialement vrai lorsque la couleur politique de la majorité est la même que celle du locataire de l’Elysée. Pour ce cas de figure les mauvaises langues évoquent régulièrement un Palais Bourbon reléguée au rang de chambre d’enregistrement des volontés présidentielles.

45 min

Que faire donc de cette fonction de la représentation qui remonte à la Révolution française, fonction essentielle à la vie démocratique ? Comment la rénover, lui donner plus de poids dans notre vie politique ?

Publicité

L’émission des "Nuis magnétiques" issue d'une série de quatre épisodes sur "Les métiers du politique", donne un bon aperçu de la façon dont ces questions se posent au début des années 1990. En avril 1991 pour être précis c’est à dire juste après la première guerre du Golfe, dans les derniers temps du gouvernement Rocard. Ce contexte est instructif car beaucoup de choses sont dites et écrites à cette époque sur un possible renouveau du rôle d’Assemblée après les législatives de 1988 : aucune majorité absolue ne se dégageant au Palais Bourbon, le Premier ministre a la charge de trouver pour chaque texte une majorité ad-hoc. Ouvrant ainsi à la voie à une restauration du rôle du Parlement. Mais l’Assemblée, comme d’autres institutions, se trouve confrontée à une certaine impuissance du politique.

  • Par Andrew Orr
  • Avec les politologues : Pierre Bauby, Jean-Daniel Remond ; les journalistes : Michel-Antoine Burnier, François Bazin, Gilbert Denoyan, Hyppolite Romain, Anne Sinclair, Fabrice Rebois ; les élus : André Billardon, Jean Bousquet, Jean-Michel Belorgey, Jean-Pierre Camoin, Thierry Mandon, Dominique Perben, Jean-François Deniau, Brice Lalonde, Gérard Saumade, Gilbert Estève, Philippe Séguin, Jean-Claude Colliard, Alain Juppé ; les conseillers : Bruno Tellenne, Jean-Marie Milou et Roland Brancart
  • Réalisation Monique Burguière
  • Nuits magnétiques - Les métiers du politique 4/4 : Et demain, quelles fonctions ? (1ère diffusion : 19/04/1991)
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production
Mathias Le Gargasson
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Antoine Dhulster
Production déléguée
Anne de Biran
Anne de Biran
Anne de Biran
Collaboration