Portrait d'Olympe de Gouges (1748-1793) au Musée Carnavalet à Paris.
Portrait d'Olympe de Gouges (1748-1793) au Musée Carnavalet à Paris.
Portrait d'Olympe de Gouges (1748-1793) au Musée Carnavalet à Paris. ©Getty - Photo by Leemage/Corbis via Getty Images
Portrait d'Olympe de Gouges (1748-1793) au Musée Carnavalet à Paris. ©Getty - Photo by Leemage/Corbis via Getty Images
Portrait d'Olympe de Gouges (1748-1793) au Musée Carnavalet à Paris. ©Getty - Photo by Leemage/Corbis via Getty Images
Publicité
Résumé

"La Fabrique de l’Histoire" proposait en 2013 une thématique sur Olympe de Gouges en cinq parties. Le troisième volet avait pour titre "Les Femmes et la Révolution française" avec les historiens Olivier Blanc, Jean-Clément Martin et l'historienne Dominique Godineau.

avec :

Dominique Godineau (professeur à l'université de Rennes 2), Olivier Blanc, Jean-Clément Martin (historien, professeur émérite de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

En savoir plus

En 2013, le président de la République François Hollande annonçait son intention de faire entrer de nouvelles personnalités au Panthéon. Interrogé sur le sujet cette année-là le 8 mars, à l’occasion de la Journée de la femme, il avait déclaré qu’il était temps "d’accueillir des femmes au Panthéon". L'institution ne comptait alors que deux femmes : Marie Curie, inhumée pour sa carrière scientifique avec son mari Pierre ; et Sophie Berthelot, qui y repose en tant qu’épouse du scientifique Marcellin Berthelot, qu’elle assista dans ses recherches. 

Nombreuses furent les voix qui, cette année-là, plaidèrent pour l’entrée au Panthéon de Marie Gouze, dite Olympe de Gouges, née en 1748, morte guillotinée en 1793. Occasion saisie par Emmanuel Laurentin pour consacrer une semaine de "La Fabrique de l’Histoire" à cette personnalité, qui fut l’auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, en septembre 1791. 

Publicité

Dans le troisième volet de cette série, il était question plus généralement de la place des femmes dans l’Histoire de la Révolution française. Posant le principe d’égalité pour tous les individus comme un fondement de la société, la Révolution avait ouvert la possibilité pour les femmes de revendiquer que ce principe fût appliqué rigoureusement, c’est-à-dire pour les femmes également. Revendication hélas rejetée par les Révolutionnaires, qui dans leur immense majorité, demeurèrent farouchement hostiles à l’entrée des femmes dans la sphère publique. Un paradoxe analysé dans cette émission par trois historiens spécialistes de la période : Olivier Blanc, Jean-Clément Martin, et Dominique Godineau.

Lectures : Nathalie Blanc.

  • Par Emmanuel Laurentin 
  • Réalisation : Séverine Cassar
  • La Fabrique de l’Histoire - Les femmes et la Révolution française (1ère diffusion : 18/09/2013)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée