"La poésie n’est pas un métier, c’est une fonction"

Photographie d'un disque microsillon de Paul Eluard "La Force de l'amour".
Photographie d'un disque microsillon de Paul Eluard "La Force de l'amour". - Gallica, BNF, Domaine public
Photographie d'un disque microsillon de Paul Eluard "La Force de l'amour". - Gallica, BNF, Domaine public
Photographie d'un disque microsillon de Paul Eluard "La Force de l'amour". - Gallica, BNF, Domaine public
Publicité

Dans cet enregistrement de 1947, Paul Éluard lit six de ses poèmes. Cette lecture est suivie d’un entretien au cours duquel Paul Éluard est questionné sur la création d'un poème. Un document rare et précieux, avec la voix de Paul Éluard, cinq ans avant sa mort.

En 1947, Paul Éluard lisait six de ses poèmes avant de donner un entretien sur l'art poétique. Il y a toujours une émotion particulière à découvrir la voix d’un poète qu’on a lu et dont on a entendu le nom pendant toute notre vie. On ne suspecte pas que ces êtres de papier, qui n’existent que dans l’histoire et le verbe parlent eux aussi, sont des êtres de chair possédant une diction qui leur est tout aussi propre que leur écriture. Encore plus singulière est l’expérience d’entendre un poète réciter ses propres poèmes, comme s’il redoublait la subjectivité déjà présente dans l’élaboration de son œuvre en lui donnant une puissance nouvelle, avec des effets d’emphase et de crescendo que la page seule ne parvient pas toujours à transcrire.

"Je corrige toujours mes poèmes, je conseille de toujours éliminer ce qui est un ornement"

Ici, c’est Paul Éluard qui se livre à ce curieux exercice avec une voix d’un autre âge, chargée d’émotion, dans un enregistrement datant de 1947.

Publicité

Il y lit Pour vivre, Mon amour, L'entente, Liberté, Courage et Pour l'exemple avant de se livrer à un rare entretien sur la fabrique du poème, qui ne doit, à son avis, jamais devenir un métier : "La poésie n’est pas un métier, à proprement parler. C’est une fonction. C’est la versification qui est un métier."

Il confie aussi : "Je corrige toujours mes poèmes. Je conseille de toujours éliminer ce qui est un ornement, ce qui est faussement poétique, tout ce qui est trop facilement poétique."

  • Par Radiodiffusion Télévision Française (RTF)
  • Avec Paul Éluard
  • Paul Éluard lit six de ses poèmes en 1947 : "Pour vivre ici", "Mon amour", "L'entente", "Liberté", "Courage" et "Pour l'exemple" ; Entretien avec Paul Éluard (Éléments probablement gravés en 1948).
  • Édition web : Sabine Bonamy, Documentation de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

Retrouvez l'ensemble de la  Nuit Paul Éluard ou l’éloge de la simplicité

L'équipe