Vers 1920 en Russie,  des femmes mendient de la nourriture dans un train durant la guerre civile après la révolution des bolcheviks.
Vers 1920 en Russie,  des femmes mendient de la nourriture dans un train durant la guerre civile après la révolution des bolcheviks. ©Getty - Photo by Slava Katamidze Collection/Getty Images
Vers 1920 en Russie, des femmes mendient de la nourriture dans un train durant la guerre civile après la révolution des bolcheviks. ©Getty - Photo by Slava Katamidze Collection/Getty Images
Vers 1920 en Russie, des femmes mendient de la nourriture dans un train durant la guerre civile après la révolution des bolcheviks. ©Getty - Photo by Slava Katamidze Collection/Getty Images
Publicité

En 1922, Kessel avait 23 ans, il était déjà reconnu en tant que reporter mais pas encore comme écrivain, la même année il publiait un recueil de nouvelles sur la Russie, "La Steppe rouge". En août 1970, son ami Pierre Brasseur lisait "La Poupée" dans "Bonnes nouvelles, grands comédiens".

Avec

En novembre 1922 paraissait aux éditions de la NRF La Steppe rouge, le premier recueil de nouvelles de Joseph Kessel. Soient sept récits qui se déroulent en Russie au lendemain de la Révolution de 1917, sur fond de guerre civile, de misère, de famines, de violences et d’exactions de la Tchéka. 

Russophone, Kessel, qui passa une partie de son enfance à Orenbourg, sur les bords de l’Oural, dépeignait avec férocité la toute jeune Russie bolchévique. C’est le cas dans l’histoire que vous allez entendre, glaçante, La Poupée dont l’héroïne est une enfant. Pierre Brasseur avait choisie de la lire en août 1970 pour deux volets de l’émission "Bonnes nouvelles, grands comédiens".

Publicité

Avant sa lecture de La Poupée, Pierre Brasseur expliquait les raisons de son choix :

J'ai choisi cette nouvelle de Kessel parce que Kessel représente pour moi le plus grand ami de ma jeunesse. Il avait l'air d'un énorme lion tendre, nous étions toute une bande qui l'adorions. On le retrouvait naturellement dans des boîtes de nuit, des boîtes russes surtout. Naturellement nous étions un peu turbulents. On n'écoutait pas religieusement les chansons et les orchestres russes, alors, tout à coup, on le voyait changer de visage, nous prendre et nous flanquer de l'autre côté de la chaussée sur le trottoir ! Cela nous faisait rire et nous attendrissait. Il avait tant de tendresse pour son pays et tant de gentillesse pour ses compatriotes. C'est un homme que j'adore toujours.

  • Par Patrice Galbeau 
  • Réalisation : Bronislaw Horowicz
  • Bonnes nouvelles, grands comédiens - Pierre Brasseur lit "La poupée" de Joseph Kessel, extrait du recueil "La steppe rouge" (1ère diffusion : 20 et 21/08/1970)
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée