Un homme devant des oeuvres de Marc Chagall dans le musée Chagall à Nice en 2011 lors de l'exposition "Mais quel cirque !".
Un homme devant des oeuvres de Marc Chagall dans le musée Chagall à Nice en 2011 lors de l'exposition "Mais quel cirque !". ©AFP - Sébastien NOGIER
Un homme devant des oeuvres de Marc Chagall dans le musée Chagall à Nice en 2011 lors de l'exposition "Mais quel cirque !". ©AFP - Sébastien NOGIER
Un homme devant des oeuvres de Marc Chagall dans le musée Chagall à Nice en 2011 lors de l'exposition "Mais quel cirque !". ©AFP - Sébastien NOGIER
Publicité

En 1980, une exposition à Nice présentait les illustrations de Marc Chagall des "Psaumes de David" : l'occasion d'évoquer ses lithographies et eaux-fortes, moins connues que ses peintures.

Les illustrations des Âmes mortes de Gogol, de la Bible, des Fables de La Fontaine et de bien d'autres éditions… aux côtés de sa peinture, de ses vitraux et de ses céramiques, la gravure, lithographies et eaux-fortes, occupe une place importante dans l'œuvre de Marc Chagall. En 1980, ce versant un peu méconnu du travail de Chagall - dont on ne retient trop souvent que les productions colorées et de grand format - une exposition le proposait au public, à travers notamment les illustrations des Psaumes de David au Musée Chagall de Nice, qui était encore "Musée National Message Biblique". Une exposition que Pierre Provoyeur, conservateur du musée, interrogé par François Le Targat, présentait aux auditeurs de Présence des Arts .

Retrouvez l'ensemble de la Nuit : "Marc Chagall, du shtetl de Vitebesk au soleil de Provence"

Publicité
  • Par François Le Targat
  • Avec Pierre Provoyeur (conservateur du musée national Message Biblique Marc Chagall à Nice de 1972 à 1983)
  • Indexation web : Documentation Sonore de Radio France
  • Présence des arts - L'œuvre gravée de Marc Chagall (1ère diffusion : 03/03/1980)

L'équipe