Marie Bonaparte photographiant Sigmund Freud en 1935.
Marie Bonaparte photographiant Sigmund Freud en 1935. ©Getty - Photo by API/Gamma-Rapho
Marie Bonaparte photographiant Sigmund Freud en 1935. ©Getty - Photo by API/Gamma-Rapho
Marie Bonaparte photographiant Sigmund Freud en 1935. ©Getty - Photo by API/Gamma-Rapho
Publicité

Marie Bonaparte, princesse et psychanalyste, disciple de Sigmund Freud, est le sujet d'un "Profils perdus", en deux parties diffusé en 1987. Sa personnalité et son influence sont évoquées par Elisabeth Roudinesco, et, grâce à une archive de 1947, nous pouvons entendre sa propre voix.

Avec

En 1987, dans un numéro de "Profils perdus" en deux parties, Cécile Hamsy propose une évocation de la vie de la princesse et psychanalyste Marie Bonaparte, personnalité hors du commun. La curiosité intellectuelle et le courage de l'engagement ne lui firent jamais défaut jusqu'à sa mort, en 1962. Née en 1882, arrière-petite-nièce de l'Empereur, Princesse de Grèce et de Danemark, Marie Bonaparte s'intéresse à la psychanalyse au début des années 1920. Analysée par Freud, devenue une amie de la famille, elle traduit ses travaux. Si tout le monde s'accorde pour dire que Marie Bonaparte n'apporta rien à la psychanalyse sur le plan théorique ou doctrinal, nul ne conteste le rôle capital qui fut le sien dans son histoire.

Marie Bonaparte était aussi une femme de lettres, on lui doit une "psychobiographie" de l'écrivain américain Edgar Allan Poe. Dans l'archive de 1947 diffusée lors de cette émission, Marie Bonaparte explique : "Ce qui est très frappant, ce qui m’attirait dans l’œuvre de Poe c’était les personnages féminins. Des personnages toujours à la fois éthérés et macabres qui hantent son oeuvre. (...) Dans ses contes, l'héroïne se met soudain à dépérir d'un mal singulier, cela me donna l'idée d'aller rechercher si dans son enfance il n'y avait pas une femme semblable, je découvris en effet que c'était sa propre mère"

Publicité

Dans l'entre-deux-guerres, mettant sa fortune et ses relations au service de la cause psychanalytique, elle contribue à son implantation en France en étant l'un des membres fondateurs de la Société Psychanalytique de Paris, en finançant la Revue Française de Psychanalyse, et en  prenant la direction du premier Institut de Psychanalyse.

1h 01
  • Par Cécile Hamsy
  • Réalisation : Jacques Taroni
  • Avec Elisabeth Roudinesco, le Professeur Serge Lebovici (ancien président de l'association psychanalytique internationale) et Philippe Sollers - Avec la voix de Marie Bonaparte
  • Profils perdus - Marie Bonaparte 2/2 (1ère diffusion : 29/10/1987)
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathilde Wagman
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Hassane M'Béchour
Collaboration