Marcel Proust en 1892 par Jacques Emile Blanche et portrait de Nathalie Sarraute en 1968.
Marcel Proust en 1892 par Jacques Emile Blanche et portrait de Nathalie Sarraute en 1968. - Charles Ciccione/Gamma-Rapho ©Getty et Studio Harcourt/RMN Grand Palais via ©AFP
Marcel Proust en 1892 par Jacques Emile Blanche et portrait de Nathalie Sarraute en 1968. - Charles Ciccione/Gamma-Rapho ©Getty et Studio Harcourt/RMN Grand Palais via ©AFP
Marcel Proust en 1892 par Jacques Emile Blanche et portrait de Nathalie Sarraute en 1968. - Charles Ciccione/Gamma-Rapho ©Getty et Studio Harcourt/RMN Grand Palais via ©AFP
Publicité

En 1963, cela faisait cinquante ans qu'était paru “Du côté de chez Swann”. La RTF proposait une suite d’émissions en compagnie d’écrivains interrogés sur les leçons que pouvait apporter l'œuvre de Proust pour un auteur. Dans le septième entretien, Nathalie Sarraute donnait sa réponse.

Avec

En 1913 était publié Du côté de chez Swann, premier volume d’À la recherche du temps perdu. En 1963 la RTF marquait le cinquantenaire de cette parution en diffusant une série de courts entretiens avec des écrivains interrogés sur l'enseignement dont pouvait être l'œuvre de Proust pour un auteur. Dans le septième de cette série d'entretiens c'était Nathalie Sarraute qui disait la leçon qu'un écrivain pouvait recevoir de Proust.

Avec Proust, la littérature est à un tournant

Ecrivain phare du Nouveau roman, Nathalie Sarraute explique dans cet entretien en quoi Proust a eu une immense importance pour elle. Elle l’a lu en 1924 et ça a été “un véritable bouleversement”, “un tournant”, toute la littérature courante avait été balayée à partir de là. En mettant à jour dans son œuvre une substance psychologique absolument neuve, “tous les cadres du roman traditionnel ont craqué”, explique-t-elle. La force de cet univers psychologique mis au jour amène à ce que les personnages et l'intrigue disparaissent.

Publicité

Le style chez Proust, une question de vision et non de technique

Selon Nathalie Sarraute, Proust voyait le monde “à travers un microscope” et il a recherché des formes neuves pour exprimer cela, ce sont ses visions qui déterminaient son style. “Il n’y a jamais de coquetteries chez Proust, affirme-t-elle, jamais de recherche gratuite de langage”. Elle tient à ce qu’on ne le réduise pas à une littérature traditionnelle qui nierait la dimension révolutionnaire de son œuvre.

  • Par Robert Valette
  • Présentation Pierre de Boisdeffre
  • Anniversaire Marcel Proust - Proust aujourd’hui 7/8 : La leçon de Marcel Proust selon Nathalie Sarraute (1ère diffusion : 17/12/1963)
  • Avec Nathalie Sarraute
  • Réalisation Georges Gravier
  • Édition web : Documentation de Radio France
  • Archive Ina

L'équipe