La mort du Baron Jacques de Reinach est considérée comme le lancement du scandale de Panama dont parle François Mitterrand ©AFP - LEEMAGE
La mort du Baron Jacques de Reinach est considérée comme le lancement du scandale de Panama dont parle François Mitterrand ©AFP - LEEMAGE
La mort du Baron Jacques de Reinach est considérée comme le lancement du scandale de Panama dont parle François Mitterrand ©AFP - LEEMAGE
Publicité
Résumé

Comment peut naître un scandale ? Un vrai ? Un scandale politique ? Et qu'y a-t-il toujours dans un scandale ? Il faut des noms, des noms qui accrochent et qui entraînent d'autres noms, des gens célèbres, en poste. Et puis des secrets intéressants. Et des papiers qui accusent.

En savoir plus

L'homme en politique, qui s'intéresse à la politique, ne fait pas de politique pour gagner de l'argent, ou bien, s'il fait de la politique pour gagner de l'argent, ce n'est pas un homme politique, mais simplement un homme d'affaires qui a trouvé une autre voie que la voie ordinaire des autres hommes d'affaires.

Tous ceux que vous verrez rôder autour des scandales, sont des hommes politiques ratés. Vous les trouverez à chaque scandale, ils interviennent, font des démarches... Pensez-vous, quelle misère !

Publicité

François Mitterrand, alors fraîchement élu conseiller général de la Nièvre, donnait, sur la Chaîne Nationale une conférence sur le thème des scandale, le 15 mai 1950.

Le propos de celle-ci n'est pas de relater tous les scandales de l'histoire à cette date, mais de retracer les événements et les conditions qui transforment une affaire judiciaire en scandale d'Etat. 

Une conférence qui a toujours une forte résonance de nos jours et qui tend à prouver, par-delà le temps, que les scandales changent, les médias aussi, mais les mécanismes sociaux, eux, restent.   

Il faut d'abord, à l'origine d'un scandale, une part de mystère. Généralement ce mystère tourne autour d’éléments fort simples, qu'il s'agisse de l'impunité d'un coupable, ou de la condamnation d'un innocent, aussitôt le vieux sentiment d'injustice qui anime notre peuple s'éveille, s'inquiète. Ce coupable qui continue de vivre comme ses concitoyens, protégé par des lois qui devraient le condamner, ce n'est pas normal, c'est bien la démonstration que le régime fonctionne mal.

Pour un récit du premier scandale de Panama : : 10 octobre 1913 : fin du percement du canal de Panama
4 min

Les grandes conférences - Quand le scandale devient une arme politique (1ère diffusion : 15/05/1950 Chaîne Nationale)

Par Francois Mitterrand

Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Mathilde Wagman
Production déléguée