France Culture
France Culture
Publicité

En novembre 1975, Raymond Aron était invité par Jacques Paugam dans son émission "Parti Pris". Il expliquait pourquoi il se considérait plus comme "un voyeur" de la vie politique que comme un acteur de la politique.

Avec

En 1975, Raymond Aron était invité par Jacques Paugam dans son émission "Parti Pris". Il évoquait sa situation de "voyeur" et non d'acteur de la politique, son anti-totalitarisme. Il revenait sur ses divergences avec Jean-Paul Sartre. Il expliquait son refus de considérer le régime stalinien comme un régime de gauche et ses espoirs dans la dissidence soviétique.

Sur sa distance et son incompatibilité avec l'exercice de l'activité politique, il disait :

Publicité

La politique, pour arriver au pouvoir, et plus encore la politique pour l'exercer est, dans une très large mesure et en mettant les choses au mieux, amorale et dans un grand nombre de cas, immorale. [...] C'est la raison pour laquelle je suis resté en marge de la politique, ou, si je veux me critiquer moi-même, un voyeur de la politique. Mais il y a d'autres raisons : je suis terriblement impatient. Lorsque les gens parlent lentement je termine leur phrase avec une grossièreté incontestable. Je support difficilement les imbéciles,  je supporte extraordinairement mal ceux qui ont besoin de dix minutes pour dire ce que l'on peut dire en trois ou en quatre. Or la vie politique démocratique -la seule que j'aime- exige de la part des hommes politique une patience inépuisable, j'en suis totalement dépourvu !

  • Production : Jacques Paugam
  • Réalisation :
  • 1ère diffusion :  19/11/1975
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation de Radio France
  • Archive INA-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Christine Goémé
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation