Le 26 novembre 1986, le photographe Robert Doisneau plaisante lors de l’exposition de se œuvres à Paris.
Le 26 novembre 1986, le photographe Robert Doisneau plaisante lors de l’exposition de se œuvres à Paris. ©AFP - Patrick Kovarik
Le 26 novembre 1986, le photographe Robert Doisneau plaisante lors de l’exposition de se œuvres à Paris. ©AFP - Patrick Kovarik
Le 26 novembre 1986, le photographe Robert Doisneau plaisante lors de l’exposition de se œuvres à Paris. ©AFP - Patrick Kovarik
Publicité

En 1988, dans "Agora", Robert Doisneau évoque son premier appareil, ses années aux usines Renault. Il parle du mouvement et de l'immobilité, du hasard, de l'attente, de la bonne distance du photographe, du noir et blanc, de la couleur...

Avec

À l'interrogation du questionnaire de Proust  "Quel est votre idéal de bonheur terrestre ?", Robert Doisneau répond : "Me sentir accepté dans le grand chantier de la lumière"… Mais, comme se prendre au sérieux et jouer les artistes n'était décidément pas son genre, Robert Doisneau commentait aussitôt ainsi cette réponse : "volontairement obscur pour faire profond".

Doisneau, tout le monde connaît. Il est sans doute le photographe français le plus célèbre et le plus populaire. Paradoxalement, cette notoriété et cette popularité, dues pour beaucoup à quelques photographies vedettes, masquent souvent, à qui croit les connaître, la richesse de l'œuvre et le talent du photographe.

Publicité

En 1988, pour Agora, à l'occasion du mois de la photo, Pascale Charpentier rencontre Robert Doisneau. Il évoque son premier appareil, ses années aux usines Renault, il parlait de l'attente du photographe, de la bonne distance, du noir et blanc, de la couleur, du mouvement et de l'immobilité : L’immobilité est un luxe extraordinaire, […] Quand je suis immobile, mais vraiment immobile, vous n’avez pas idée, deux heures à la même place, les gens viennent vers moi, je suis un peu comme le platane qui attire les fox-terriers qui viennent faire pipi… Les gens viennent, d’abord ils m’interrogent : « qu’est-ce que vous attendez ? Qu’est-ce qui se prépare ? » Je n’en sais rien ! Je crois que la qualité d’un photographe doit être l’espoir du miracle contre toute logique."

  • Par Pascale Charpentier
  • Réalisation : Philippe Sibille
  • Agora - "Spécial : mois de la photo" : Robert Doisneau - 1ère diffusion :   11/11/1988
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Christine Goémé
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation