Roberto Rossellini
Roberto Rossellini
Roberto Rossellini ©Sipa - Ronald Grant, Mary Evans
Roberto Rossellini ©Sipa - Ronald Grant, Mary Evans
Roberto Rossellini ©Sipa - Ronald Grant, Mary Evans
Publicité
Résumé

En 1977, le cinéaste Roberto Rossellini publiait "Un esprit libre ne doit rien apprendre en esclave". Dans cet ouvrage il dénonçait les travers de son époque. L'occasion d'un entretien vif avec l'un des chefs de file du cinéma néoréaliste italien.

avec :

Roberto Rossellini.

En savoir plus

Pour se faire une idée de l'influence qu'exerça Roberto Rossellini sur les jeunes critiques des Cahiers du cinéma des années 50, il suffit de relire Lettre sur Rossellini, l'article que signait en avril 55 Jacques Rivette dans le n°46 de la revue : 

"Par l'apparition de 'Voyage en Italie' de Roberto Rossellini, tous les films ont soudain vieilli de dix ans - écrivait Jacques Rivette - rien de plus impitoyable que la jeunesse, que cette intrusion catégorique du cinéma moderne, où nous pouvons enfin reconnaître ce que nous attendions confusément. N'en déplaise aux esprits chagrins, c'est cela qui les choque ou les importune, qui a raison aujourd'hui, c'est cela qui est vrai en 1955. Voilà notre cinéma, à nous qui nous apprêtons à notre tour à faire des films."

Publicité

En 1977, Roberto Rossellini présentait, au micro d'Arlette Sayac et de Raoul Mille, son livre intitulé Un esprit libre ne doit rien apprendre en esclave. Dans cet essai le cinéaste italien dénonçait la propagande qui imposait une certaine culture, "le succès immédiat" (une autre maladie de notre siècle), et globalement, la fin d'une civilisation :

Actuellement on vit la fin d'un monde, d'une civilisation, la seule façon de sortir de tout cela est de promouvoir une nouvelle culture […] Actuellement j'étudie Marx. Tout le monde parle de Marx. Aujourd'hui mes six enfants sont marxistes, mais chacun est marxiste à sa façon ! Alors comme un bon papa j'ai dû me taper toute la lecture de Marx pour leur dire le vrai, le bon dans son oeuvre.

  • Production : Arlette Sayac et Raoul Mille
  • 1ère diffusion : 01/01/1977 sur FR3 Radio Côte Azur
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Archive INA-Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Christine Goémé
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation