L'écrivain Roger Grenier en 1972.  ©AFP - afp
L'écrivain Roger Grenier en 1972. ©AFP - afp
L'écrivain Roger Grenier en 1972. ©AFP - afp
Publicité
Résumé

L'écrivain Roger Grenier publiait, en 1975, un recueil de nouvelles intitulé "Le Miroir des eaux", qui obtint le Prix de la nouvelle de l'Académie Française, l'occasion dans "Parti pris" d'évoquer les plus grands nouvellistes, Tchekhov, Melville,

avec :

Roger Grenier (écrivain).

En savoir plus

Écrivain, scénariste pour la télévision et le cinéma, membre du comité de lecture des éditions Gallimard, Roger Grenier a reçu le Grand prix de littérature de l'Académie française en 1985 pour l'ensemble de son œuvre. Celle-ci est composée de plus d'une trentaine d'ouvrages, romans, essais et nouvelles, dont deux succès de librairie, Le Palais d'hiver en 1965 et Ciné-roman, prix Femina en 1972.

En juillet 1975 il était invité par Jacques Paugam dans l'émission "Parti pris". Il venait de publier Le Miroir des eaux qui avait reçu, la même année, le Prix de la nouvelle de l'Académie Française. Il évoquait ses nouvellistes préférés, parmi eux, Henry James, Tchekhov, Melville, Scott Fitzgerald, Pavese et Kundera.

Publicité

Ecrire une nouvelle : plus difficile qu'un roman ?

Oui c'est plus difficile, mais moins embêtant, car il y a une sorte tension :  il ne faut jamais faiblir. C'est pourquoi il y a si peu de nouvelles réussies d'ailleurs. Dans un roman il y a toute une intendance. On peut, un peu, se laisser aller dans un roman, tandis que dans une nouvelle il ne faut jamais se relâcher, c'est le tir tendu. 

A propos des grands auteurs de nouvelles : 

Je trouve qu'un des plus grands auteurs de nouvelles, qui est célèbre pour ses grosses machines, c'est Melville. Herman Melville ce n'est pas que Moby Dick. (...) Ses nouvelles sont absolument sublimes, en particulier "Bartleby". Si vous prenez Henry James, par exemple, quand vous lisez ses romans, vous êtes obligé de constater qu'il a le plus grand mal à démarrer une histoire, à rentrer dedans et qu'il faut généralement cent pages pour que l'on commence à s'intéresser à ce qu'il va raconter. Alors on se dit que cet homme doit être incapable d'écrire une nouvelle, or il a écrit des dizaines de nouvelles qui sont toutes des chefs-d’œuvre. 

  • Par Jacques Paugam 
  • Indexation web : Sandrine England, Documentation Sonore de Radio France
  • Parti pris - Roger Grenier (1ère diffusion : 07/07/1975)
  • Archive Ina-Radio France
Références

L'équipe

Philippe Garbit
Philippe Garbit
Philippe Garbit
Production
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathilde Wagman
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Hassane M'Béchour
Collaboration