Rudolf Noureev à Londres en 1980.
Rudolf Noureev à Londres en 1980. ©Getty - 	Michael Ward
Rudolf Noureev à Londres en 1980. ©Getty - Michael Ward
Rudolf Noureev à Londres en 1980. ©Getty - Michael Ward
Publicité

En 2008, Gilles Lyon-Caen consacre un documentaire au plus célèbre danseur de tous les temps. Rudolf Noureev ou le destin d’un petit garçon soviétique né dans la pauvreté, qui va devenir une star occidentale, façonnée par la puissance médiatique des années 1960 et le contexte de la guerre froide.

Avec
  • Patrice Bart Maître de ballets à l'Opéra de Paris
  • Dominique Delouche cinéaste, assistant de Fellini
  • Véronique Doisneau
  • Elisabeth Maurin
  • Wilfried Romoli

Né à bord du Transsibérien, dans la région du lac Baïkal, en 1938, Rudolf Noureev rappelait avec fierté que ses parents étaient "des Tatars musulmans au tempérament ardent". Toute la personnalité de Noureev figure déjà, dans cette enfance nomade, dans ce caractère entier et volontaire, source de mélancolie mais atout essentiel pour oser transgresser l’autorité familiale, politique et artistique de son temps. Il grandit à Oufa, capitale de la République soviétique de Bachkirie, dans une pauvreté extrême.  Un soir de nouvel an 1945, il a une révélation en assistant à un ballet patriotique et décide de devenir danseur.

"Un plaisir intense s'emparait de moi. J'enregistrais tous les pas. Les remarques du professeur se gravaient dans mon esprit et dans ma chair."

Rudolf  Noureev pratique la danse folklorique, prend des cours de danse classique avant d'intégrer la célèbre école Vaganova de Leningrad. Il travaille comme un forcené auprès de son professeur Alexandre Pouchkine. Noureev ne laisse pas indifférent. Il fait des envieux parmi ses condisciples, son insoumission exaspère l'administration, mais le public raffole de Noureev. À vingt ans il entre comme soliste dans la compagnie du Kirov, la plus grande d'URSS. Alors qu'il triomphe lors de sa première tournée à l'Ouest avec le Kirov dont il est le danseur étoile, il choisit la liberté.  Le 16 juin 1961, lors de sa première tournée en France, il passe à l’Ouest avec fracas, en faussant compagnie aux gardes du KGB à l’aéroport du Bourget. Star du jour au lendemain pour cet acte considéré à tort comme politique, Noureev, génie de la danse, il va conquérir les plus grandes scènes et révolutionner l’art du ballet.

Publicité

"Quand vient le soir, je ne sais que faire de moi si je ne suis pas en scène."

Véritable bête de scène, Noureev danse de nombreuses années au Royal Ballet de Londres. Il parcourt la planète, invité en Étoile dans toutes les grandes compagnies. En 1983, la France lui offre la direction du ballet de l'Opéra de Paris qu’il mènera d’une main de fer. Mais quand en 89, Sylvie Guillem claque la porte, il ne la retient pas. "Moi aussi je suis parti. On n'enferme pas un pareil talent." Son contrat n'ayant pas été renouvelé, il quittera lui-même le ballet quelques mois plus tard.

  • Par Gilles Lyon-Caen
  • Réalisation Bruno Sourcis
  • Avec Patrice Bart, Dominique Delouche, Véronique Doisneau, Elisabeth Maurin, Wilfried Romoli
  • Une Vie Une Oeuvre Rudolf Noureev (1ère diffusion 4/12/2008)

L'équipe