Portrait de Neal Cassady en 1966.
Portrait de Neal Cassady en 1966.
Portrait de Neal Cassady en 1966. ©Getty - Ted Streshinsky/Corbis
Portrait de Neal Cassady en 1966. ©Getty - Ted Streshinsky/Corbis
Portrait de Neal Cassady en 1966. ©Getty - Ted Streshinsky/Corbis
Publicité
Résumé

Second temps des "Chemins de la connaissance" consacré à Jack Kerouac où l’on s’interroge sur cette tradition américaine du vagabondage, de la quête par la route. Si Kerouac est en mouvement permanent, il a aussi en lui la quête d’un foyer et c’est cette dualité qui est abordée ici.

avec :

Bertrand Agostini (Professeur poète spécialiste de Jack Kerouac), Yves Le Pellec (Écrivain et universitaire (1945-1999)).

En savoir plus

Dans ce deuxième moment de la série “Sur la piste de Kerouac”, avec les deux spécialistes de Jack Kerouac, Yves Le Pellec et Bertrand Agostini, on s’intéresse à ce qu’évoque la route pour le mouvement Beat. Jack Kerouac en effet n’a cessé de prendre la route, de parcourir les Etats-Unis d’une côte à l’autre. On peut y voir une intranquillité, une inquiétude et une insatisfaction, toujours en quête de quelque chose : "La route était fondamentalement cette sorte de déclic qui a donné à Kerouac sa vision mythique." Ce qui fait dire à Yves Le Pellec :

"Kerouac était fondamentalement un vagabond. Kerouac est un homme toujours en mouvement. En mouvement dans ses formes d’écriture, en mouvement dans sa vie, en mouvement dans ses déplacements dans l’espace."

Publicité

Mais Kerouac est aussi un voyageur douloureux, qui souffre d’avoir pris la route. Il est tenaillé, déchiré entre sa quête et ses racines, à savoir la maison de sa mère. Dans On the road, le voyage devient "de plus en plus une sorte d’expérience de la souffrance ".

La figure de Neal Cassady, poète tourmenté, personnage aux multiples facettes, est devenu l’idole de Kerouac qu’il suivra sur la route coûte que coûte malgré la souffrance qu’il en ressent et malgré sa future trahison. Ce mouvement permanent par la route permet à Kerouac et son acolyte un dépassement d'eux-mêmes. Jack Kerouac, lui, retrouve toujours la route à la recherche d’un sens mais sans jamais le trouver. Il y a en lui à la fois un culte du désordre et du déplacement et une envie de croire au mythe de la cabane dans les bois au Canada où il se retirerait pour méditer. Ce projet n’a jamais abouti, la méditation tranquille était sûrement impossible pour une personnalité aussi sensible.

À lire aussi : On the route again, rencontres hallucinées de la Beat Generation

  • Par Gilles Farcet
  • Réalisation Marie-France Nussbaum
  • Les chemins de la connaissance - Sur la piste de Kerouac : 2ème partie, La route ouverte
  • Avec la voix de Jack Kerouac lisant un extrait de son roman Doctor Sax et des lectures par Philippe Bories
  • 1ère diffusion : 31 /05/1988
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée