Le conservateur enroule soigneusement le manuscrit de "Sur la route" long de près de 11 mètres.
Le conservateur enroule soigneusement le manuscrit de "Sur la route" long de près de 11 mètres.
Le conservateur enroule soigneusement le manuscrit de "Sur la route" long de près de 11 mètres. ©Getty - Michael Macor / San Francisco Chronicle
Le conservateur enroule soigneusement le manuscrit de "Sur la route" long de près de 11 mètres. ©Getty - Michael Macor / San Francisco Chronicle
Le conservateur enroule soigneusement le manuscrit de "Sur la route" long de près de 11 mètres. ©Getty - Michael Macor / San Francisco Chronicle
Publicité
Résumé

De quoi est faite l'écriture de Jack Kerouac ? Comment comprendre des kilomètres de signes écrits comme le rythme, la fougue et la tension de ce qui se voulait être une transcription sans fard et à chaud de la réalité ?Réponses dans ce quatrième temps des "Chemins de la connaissance".

avec :

Bertrand Agostini (Professeur poète spécialiste de Jack Kerouac), Yves Le Pellec (Écrivain et universitaire (1945-1999)).

En savoir plus

C'est en 2014 qu'a été redécouverte la lettre qui a sans doute été à l'origine de l'écriture de Sur la route de Jack Kerouac. Une lettre de dix-huit pages, envoyée à Kerouac en 1950 par son ami Neal Cassady, qui dans le roman apparaît sous les traits de Dean Moriarty. "Le plus extraordinaire morceau d'écriture que j'aie jamais lu", disait de ces pages Jack Kerouac. Ce courrier de seize mille mots, dans lequel Cassady décrivait à Kerouac un voyage vers Denver jalonné de sexe, d'alcool et de drogues, était passé dans les mains de Ginsberg, avant d'échouer chez un petit producteur de musique, dont la fille hérita du précieux document. Ce document d'une valeur inestimable, qui aussitôt retrouvé fut vendu aux enchères, aurait, dit-on, établi les codes de la Beat Generation.

Mais au-delà des ventes aux enchères et de la légende de la Beat Generation, de quoi est faite l'écriture de Jack Kerouac ? Comment recevoir, comprendre, des lignes, des mots, des kilomètres de signes, écrits comme on meurt ou comme on joue le jazz ? Comment traduire le rythme, la fougue et la tension de ce qui se voulait être une transcription sans fard et à chaud de la réalité ? Autant de questions que deux grands spécialistes de la Beat Generation et de l'œuvre de Kerouac, Yves Le Pellec et Bertrand Agostini, abordent dans cette émission.

Publicité

Ils évoquent une écriture obstinée, de très longues phrases de plusieurs pages, particulièrement dans Visions de Cody. Jack Kerouac était très souvent dans un état d’excitation extrême quand il écrivait, et dans un état de fatigue physique extraordinaire : "Il [Jack Kerouac] ne dormait plus, il utilisait tous les procédés possibles pour se maintenir éveillé, pour que son inspiration ne se tarisse pas. Et il écrivait dans une sorte de frénésie glorieuse", nous raconte Yves Le Pellec. Kerouac voulait ainsi qu'on le considère comme un poète de jazz qui joue des blues à une 'jam session' le dimanche après-midi : "Il se comparait à un joueur de jazz, il disait : Je veux être considéré comme un saxophoniste qui pousse son chorus dans un après-midi chaud d’été."

À lire aussi : "Sur la route" de Jack Kerouac

"Il y a dans son écriture un caractère qui est éphémère. On a l'impression qu'il a consigné sur la page des choses qui ne faisaient que passer. Mais pour autant il ne corrigeait pas, il ne revenait pas en arrière, gardant le bon le mauvais, l’anecdote et le significatif. Il y a donc à la fois ce désir de saisir le réel, et en même temps dans son texte la crainte de le figer sous une forme qui serait trop définitive. Son texte apparaît toujours comme un "work in progress", un texte en gestation, en développement, en pleine métamorphose", explique Yves Le Pellec et Bertrand Agostini d'ajouter : "On doit prendre son œuvre comme une énorme confession et lorsqu'on est au confessionnal, on doit tout avouer."

  • Par Gilles Farcet
  • Réalisation Marie-France Nussbaum
  • Les chemins de la connaissance - Sur la piste de Kerouac : 4ème partie, Le flot spontané de l'écriture
  • Avec la voix de Jack Kerouac lisant un extrait de son roman Doctor Sax et des lectures par Philippe Borie
  • 1ère diffusion : 02/06/1988
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Mathias Le Gargasson
Production déléguée