Vue de la corrida d'Antonete dans les arènes de Toulouse, 18 Septembre 1966
Vue de la corrida d'Antonete dans les arènes de Toulouse, 18 Septembre 1966 - Fonds André Cros-archives municipale de Toulouse via Wikimedia commons
Vue de la corrida d'Antonete dans les arènes de Toulouse, 18 Septembre 1966 - Fonds André Cros-archives municipale de Toulouse via Wikimedia commons
Vue de la corrida d'Antonete dans les arènes de Toulouse, 18 Septembre 1966 - Fonds André Cros-archives municipale de Toulouse via Wikimedia commons
Publicité

Comment aimer, ou condamner la corrida sans connaître et comprendre, un tant soit peu, les subtilités et la richesse de son vocabulaire…donc les finesses et la beauté tragique de son rituel et de ses gestes ? C'était en 1998 dans "Tire ta Langue" et ça s'intitulait "La langue de la tauromachie".

Avec

"Les Espagnols sont un peuple fiers et ombrageux, avec un tout petit cul pour éviter les coups de cornes. À l'instar de la vache, l'espagnol va au taureau dès les premiers beaux jours. C'est la corrida. La corrida est une festivité espagnole gorgée de poussière frémissante et de somptuosité virile, au cours de laquelle on transperce un taureau fou avec des barres de fer pour faire sortir le sang en disant Olé ! Quand le taureau tombe à genoux, les présidentes de cercle ont un orgasme fugace."

On peut bien s'en moquer, comme Pierre Desproges ici…… ou comme les compères qu'étaient Jean Yanne et Jacques Martin. Le premier voyant dans la corrida "les bouchers à l'arène"… et l'autre "Les abattoirs de la Villette dans les costumes du Châtelet"… On peut ne pas l'aimer… on peut la détester… la haïr… la condamner… souhaiter sa disparition… mais ce que l'on ne peut nier c'est que la corrida ait ses règles… ses mots… sa langue… Si la corrida devait disparaître, cette langue disparaitrait avec elle. Qu'elle parle du toro ou du torero elle est toujours espagnole. 

Publicité

Comment aimer, ou condamner d'ailleurs, la corrida sans connaître et comprendre, un tant soit peu, les subtilités et la richesse de son vocabulaire…donc les finesses et la beauté tragique de son rituel et de ses gestes ? C'était en 1998 dans Tire ta Langue et ça s'intitulait La langue de la tauromachie. 

  • Par Antoine Perraud 
  • Réalisation François Caunac
  • Extrait : Tire ta langue - La langue de la tauromachie (1ère diffusion : 05/06/1998)
  • Avec les écrivains et critiques taurins Roger Dumont, Emmanuel de Marichalar et
    Zocato, et avec Florence Delay
  • Archive Ina-Radio France

L'équipe