Les accords de Munich ont été signés le 30 septembre 1938 entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie par Hitler, Daladier, Chamberlain, Mussolini.
Les accords de Munich ont été signés le 30 septembre 1938 entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie par Hitler, Daladier, Chamberlain, Mussolini.
Les accords de Munich ont été signés le 30 septembre 1938 entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie par Hitler, Daladier, Chamberlain, Mussolini. ©AFP - afp
Les accords de Munich ont été signés le 30 septembre 1938 entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie par Hitler, Daladier, Chamberlain, Mussolini. ©AFP - afp
Les accords de Munich ont été signés le 30 septembre 1938 entre l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie par Hitler, Daladier, Chamberlain, Mussolini. ©AFP - afp
Publicité
Résumé

Après la période glorieuse des fondateurs, voici le second volet de la série "Trois républiques : crises, mutations, et réformes de l’Etat depuis 1870" produite par Dominique Senyer en 1983. Son titre : "1914-1940, La République à l’épreuve des guerres".

avec :

Léon Blum, René Rémond (Historien (1918-2007), spécialiste des droites en France).

En savoir plus

Trois républiques : crises, mutations, et réformes de l’Etat depuis 1870. Sous ce titre, France Culture présentait, en 1983, une série de cinq émissions. Le second volet s'intitule 1914-1940, La République à l’épreuve des guerres

Après la période glorieuse des fondateurs il est question des fortunes diverses de la République dans la tourmente des deux conflits mondiaux, de l’Union sacrée de la Première guerre à la débâcle de 1940 qui précipitera la chute de la République. 

Publicité

René Rémond, historien et François Goguel, politologue analysent cette période en évoquant les différents gouvernements, l'antiparlementarisme, l'affaire Stravinski, l'arrivée de Daladier, les émeutes du 6 février 1934 de l'extrême-droite. L'occasion d'écouter des archives d'Alexandre Millerand, de Léon Blum et Gaston Doumergue. Celui-ci est rappelé comme président du Conseil, après les événements sanglants du 6 février 1934, pour former un gouvernement d'union nationale, avec notamment André Tardieu et Édouard Herriot. Son but est de réformer les institutions pour diminuer l'instabilité ministérielle.

Selon René Rémond : 

Je crois que c'est une assemblée qui se veut souveraine, mais qui est incapable d'exercer sa  souveraineté parce que la souveraineté ne peut pas être exercée par un corps de 600 personnes. Elle ne peut l'être que par un comité moins nombreux. 

Léon Blum, le 5 juin 1936 (discours) : 

Le gouvernement du Front populaire est constitué. (...) Parmi les projets qu’il demandera aux deux Chambres de voter figurent : la semaine de quarante heures, les contrats collectifs, les congés payés.

Après la parenthèse du Front populaire, avec un Léon Blum partisan d'une réforme des institutions, la défaite de son gouvernement a lieu en septembre-décembre 1938 avec le retour au pouvoir d'Édouard Daladier, qui s'allie avec la droite plutôt qu'avec la SFIO.

L'émission se termine en tentant de répondre à cette question : Quel est le poids des institutions dans la défaite de 40 ? Y-at-il eu une faillite du régime représenté par la Troisième République ? 

Avec les voix de François Chaumette, Didier Conti, Philippe Derrez et Gaëtan Jor pour les lectures d'extraits de textes ou de discours. 

  • Par Dominique Senyer
  • Trois Républiques : Crises, mutations et réformes de l’Etat depuis 1870 : 2/5 - 1914-1940, La République à l’épreuve des guerres (1ère diffusion : 28/05/1983)
  • Indexation web : Documentation sonore de Radio France
  • Archive Ina-Radio France 
Références

L'équipe

Antoine Dhulster
Production déléguée
Hassane M'Béchour
Collaboration
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Dans l'atelier de restauration de l'Ina, antenne Radio France
Albane Penaranda
Production déléguée
Virginie Mourthé
Réalisation
Anne de Biran
Collaboration