Walker Evans, un photographe américain 1/2

France Culture
France Culture
Publicité

De ses débuts en 1930 jusqu'à sa disparition en 1975, à la chambre, au Leica ou au Polaroid, Walker Evans, en documentariste consciencieux qu'il était indéniablement, n'aura jamais cessé d'enregistrer le réel en s'effaçant devant lui. Trois premiers d'un portrait en cinq temps par Jean Daive.

Né en 1903 et mort en 1975, Walker Evans aura rêvé de devenir un grand écrivain. Mais l'admiration qu'il portait aux plus grands d'entre eux, comme Baudelaire et Flaubert, brisa cette ambition. Alors Walker Evans devint un immense photographe. 

Le présenter comme l'un des pères de la photographie documentaire serait réducteur. Bien plus encore que son nom, ses travaux sont depuis longtemps célèbres dans le monde entier, notamment ses photos mythiques des fermiers d'Alabama plongés dans la plus profonde misère par la Grande Dépression. Elles donnèrent lieu à un livre inclassable, aussi fascinant que terrible, composé avec l'écrivain James Agee : Louons maintenant les grands hommes...

Publicité

En 1990, pour Les chemins de la connaissance, Jean Daive et son invité Gilles Mora proposaient un portrait en cinq volets de Walker Evans. Ici les trois premiers : Un photographe américain à Paris ; L'expérience de La Havane ; Un observateur de la crise américaine.

  • Par Jean Daive 
  • Les chemins de la connaissance - Walker Evans, un photographe américain, parties 1, 2 et 3 : Un photographe américain à Paris ; L'expérience de La Havane ; Un observateur de la crise américaine (30/04/1990 ; 01/05/1990 ; 02/05/1990)
  • Avec Gilles Mora

L'équipe