« Avoir 20 ans en mai 68 » Florence Cestac / Mai 68 en quête de sens / Chine / L'homme qui valait 56 milliards

Filles des Oiseaux
Filles des Oiseaux - Florence Cestac - éditions Dargaud
Filles des Oiseaux - Florence Cestac - éditions Dargaud
Filles des Oiseaux - Florence Cestac - éditions Dargaud
Publicité

Ce vendredi, 5ème volet de « Avoir 20 ans en mai 68 » avec Florence Cestac. Alice Ekman vous parle du prix du « rêve chinois ». Les chroniques abordent les débats autour de mai 68 et la rémunération du PDG de Tesla.

Avec
  • Florence Cestac Autrice de bande dessinée
  • Alice Ekman Analyste responsable de l'Asie à l'Institut des études de sécurité de l'Union européenne (EUISS)

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : À l'occasion des 50 ans de mai 1968, le Réveil Culturel propose de faire entendre toute la semaine le témoignage d’acteurs culturels qui avaient vingt ans en mai 68, à l’époque où les événements commençaient à tourbillonner autour du monde et bousculer les habitudes...

Publicité

« Avoir 20 ans en mai 68 », Tewfik Hakem s'entretient avec l'auteure de BD Florence Cestac qui avait 18 ans en mai 68, une époque qui l'a libérée, l'a portée et a révélé son engagement. 

J’étais une fille de bourges de province, à Rouen. J’étais destinée à me trouver un mari, avoir des enfants, aller à la messe le dimanche matin et manger le poulet aux petits pois après, une petite vie de province tranquille, mais j’ai tout envoyé péter à 18 ans.  Avec mes copains on prenait la 2CV et on montait à Paris pour participer aux manifs, pour être présent.  En mai 68 on sentait qu’on allait changer de vie et que tout allait devenir possible. Une énergie est montée et on s’est dit qu’on allait changer le monde !

Florence Cestac vient de faire paraître Filles des Oiseaux, volume 2, aux éditions Dargaud.

Mauvais genres
59 min

Le Journal des Idées par Jacques Munier : Peu d’événements auront suscité autant de débats, d’analyses, de recherches historiographiques que mai 68.

Michelle Zancarini-Fournel rappelle qu’en octobre 1968, le catalogue de la BnF répertorie 124 livres sur le sujet. Dès l’été suivant les événements, Raymond Aron rassemble ses articles parus dans Le Figaro en un volume et Christian Fouchet, ministre de l’Intérieur, publie ses Mémoires. À la rentrée, c’est au tour des philosophes Henri Lefebvre, Cornelius Castoriadis, Claude Lefort, des sociologues comme Alain Touraine, ou Edgar Morin… Avec Philippe Artières, l’historienne des femmes et des mouvements sociaux avait publié en 2008 : 68, une histoire collective (1962-1981), un ouvrage qui élargissait la focale aux luttes ouvrières dans la région parisienne et en province, au contexte international, au temps long de la séquence historique où le « moment 68 » s’est inscrit et qui a modifié en profondeur la société française. Les deux reviennent dans les pages Débats de L’Obs sur les interprétations réductrices ou parcellaires qui se sont multipliées au fil des commémorations décennales, souvent limitées aux figures de quelques intellectuels parisiens, de quelques leaders de la contestation, ou aux analyses en termes d’explosion culturelle qui occultent la dimension sociale.

A voix nue
29 min
En savoir plus : Mai 1968
A voix nue
30 min

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet : Montée de tension en cette fin de semaine entre la Chine et les Etats-Unis : sur fond de menace de «guerre commerciale», Xi Jinping met les Etats-Unis en garde sur Taïwan. Son deuxième mandat présidentiel inaugure-t-il aussi une relation forcément plus conflictuelle ? Xavier Martinet s'entretient avec Alice Ekman, chercheuse responsable des activités Chine au Centre Asie de l'Institut français des relations internationales (Ifri) et directrice de l'ouvrage collectif La Chine dans le monde (CNRS Éditions).

Cultures Monde
58 min
Affaires étrangères
58 min
CulturesMonde
50 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner : L'homme qui valait 3 milliards, c'est fini. Voici maintenant l'homme qui valait 56 milliards, il s'appelle Elon Musk et il est le patron actionnaire des automobiles électriques Tesla. Son plan de rémunération prévoit donc de lui lui octroyer 56 milliards de dollars sur 10 ans s'il atteint ses objectifs. On ne va pas être mesquin, même si son salaire représente le PIB du Salvador, il est normal qu'une entreprise qui gagne de l'argent rémunère celui qui lui permet de gagner de l'argent. Ce qui est drôle, c'est que Tesla pert énormément d'argent : un troud de 2 milliards de dollars par an, c'est pratiquement la SNCF sans rails !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'Invité des Matins
16 min
La Vie numérique
5 min

@PetitsMatinsFC