Photo du projet "Too hard to keep" du photographe Jason Lazarus - Label courtesy of THTK (2010-Present)
Photo du projet "Too hard to keep" du photographe Jason Lazarus - Label courtesy of THTK (2010-Present)
Photo du projet "Too hard to keep" du photographe Jason Lazarus - Label courtesy of THTK (2010-Present)
Publicité
Résumé

Où il sera question de photos qu'on ne peut plus regarder, d'images que l'on garde toujours en tête, d'une manière de rendre l'avenir plus désirable, de la réhabilitation de l'optimisme, et d'une source possible du mal dans le monde.

En savoir plus

Que voit-on de nous dans une image ? Quel reflet de notre vie s’imprime dans ce que l’on regarde ? Qu’est ce qui fait qu’un jour, on range des photos au fond d’un tiroir. Qu’un autre jour, plus tard, on peut les retrouver, les regarder, oublier pourquoi on a voulu les cacher, ou au contraire, voir ressurgir des souvenirs, des visages que l’on croyait pour toujours avoir enfoui ? Le photographe américain Jason Lazarus a lancé un appel, relayé par le magazine Vice. Un appel à des particuliers dans le cadre d’un projet de photos « Too Hard to keep » trop difficile à garder. Il s’agit d’un projet photographique participatif . De la création d’un espace, comme un cimetière de photos devenues indésirables. Trop difficile à garder, à regarder, qui rendent le passé trop présent pour pouvoir avancer. Parmi ce que Jason Lazarus a déjà reçu, il y a des photos, moitié déchirées, accompagnés de petits mots de rupture, de regrets. Des portraits de personnes que l’on imagine plus de ce monde ; Des photos, d’enfant, d’enfance. Des photos d’animaux en fin de vie sur une table de vétérinaire. Il y a aussi des chutes, des lits d’hôpital, des bleus sur un visage. Dans ce tas de souvenirs étranger, il y a cette photo en noir et blanc. Une chambre à coucher avec un lit défait, les murs et les lourds rideaux blancs autour. Une femme nue y dort dans ce lit. On y voit son dos, ses fesses. La photo est prise, de loin depuis l’embrasure de la porte de cette chambre à coucher. Une photo qui porte en elle, la douceur et le silence du jour qui commence, et de la vie qui s’apprête à y prendre place. Mais qui, comprise dans la série "Too hard to keep", trop dure à garder, se retrouve comme recouverte d’un voile. Une prise de vue sur le départ. Une place dans ce lit que la femme endormie trouvera sans doute encore et toujours vide à son réveil. Une photo qui ressemble du coup à la dernière. Comme une prise d’adieu. Des images qui immortalisent la distance en train de se creuser, l’oubli en train de s’amorcer. Dans ces photos "too hard to keep", il pourrait y avoir des images de pur bonheur. De fêtes, de retrouvailles. De celles qui appellent la nostalgie de moments que l’on ne revivra plus, de visages que l’on ne voit plus. Cette série cumule au contraire des images blanches, floues, lointaines de moments de calmes, ou tristes, d’heures mystérieuses. Il y a du silence qui s’en dégage. Comme des photos dont on saurait dès la prise, qu’on ne pourrait pas les regarder ensuite. Ce genre d’images intimes, qui peuplent des recoins de rêves et de nuit noire, que l’on garde en tête juste pour ces seuls moments endormis où le passé a sa place.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

I don’t blame you – très beau titre de la chanteuse Cat power, sur son album You are Free. I don’t blame you., je ne t’en veux pas. Pour vous évoquer ce pardon accordé à tous les homosexuels condamnés. Toute la presse en a parlé ce week-end. Libération précise que cela fait seulement 50 ans à peu près que l’homosexualité n’est plus un crime en Angleterre et au Pays de Galles. Vendredi dernier le Parlement britannique débattait d’une proposition d’amnistie envers ces 65 000 hommes condamnés pour homosexualité (le plus connu d’entre eux étant bien sûr Oscar Wilde, le poète et écrivain qui a été condamné à deux ans de travaux forcés en 1895). Cette loi permettrait donc d’effacer automatiquement des casiers judiciaires toute condamnation pour homosexualité de toute personne condamnées, qu’elles soient décédées ou encore vivantes aujourd’hui. Et il y en a environ 15 000, des hommes, encore vivants de nos jours, et qui ont été condamnés pour homosexualité.

Publicité
Références

L'équipe

Emilie Chaudet
Production