Capture d'écran de la vidéo amateur de la libération du village syrien, Turaykham, qui se trouvait jusqu’alors sous l’emprise du groupe Etat Islamique.
Capture d'écran de la vidéo amateur de la libération du village syrien, Turaykham, qui se trouvait jusqu’alors sous l’emprise du groupe Etat Islamique.
Capture d'écran de la vidéo amateur de la libération du village syrien, Turaykham, qui se trouvait jusqu’alors sous l’emprise du groupe Etat Islamique.
Capture d'écran de la vidéo amateur de la libération du village syrien, Turaykham, qui se trouvait jusqu’alors sous l’emprise du groupe Etat Islamique.
Capture d'écran de la vidéo amateur de la libération du village syrien, Turaykham, qui se trouvait jusqu’alors sous l’emprise du groupe Etat Islamique.
Publicité
Résumé

Où il sera question de libération du corps, de photographie à l'ombre, d'un cirque familial, de campagne avant l'heure, de Turquie en conflit, de Burning Man et de Pokémon.

En savoir plus

Ce matin, notre image sera celle d’une libération. C’est une vidéo amateure partagée sur Youtube et dont le journaliste allemand Julian Röpke a partagé une troublante capture d’écran sur son compte Twitter. Sur cette vidéo de mauvaise qualité aussi bien visuelle que sonore, mais il y a des mouvements qui n’ont pas besoin de mise au point.

Un groupe d’enfants se déplace comme en petit troupeau. Ils doivent 8 ans tout au plus et crient en chœur, des slogans en arabe. Ils célèbrent, en ligne, disciplinés, leur liberté retrouvée, celle de leur village syrien, Turaykham, qui se trouvait jusqu’alors sous l’emprise du groupe Etat Islamique.

Publicité

Il y a ces geste simples, ces cris monocordes. Et dans leur posture, quelque chose retient l’attention. Comme une anomalie. Un paradoxe du langage corporel. Il y a ces bras et ces poings en l’air. Et il y a aussi cet immobilisme et cette raideur de tout le reste de leur corps. Comme si la peur y avait laissé durablement son empreinte. La liberté retrouvée, n’est pas l’affaire d’un seul instant.

JUKEBOX

Ce qu’on écoute c’est the Truth du collectif de hip hop Handsome boy modeling school. Un morceau qui figure sur l’une des nombreuses playlists disponibles sur le site 8tracks.com, que des fans absolus du festival Burning man ont concoctées.

Il s’agit là d’une "morning playlist", sinon le reste de la programmation musical du festival Burning man est plus vif. Et plus électro.

La 30è édition de ce festival mythique en plein cœur du désert du Nevada s’est ouverte depuis 24h. Un festival à mi chemin "entre Woodstock et la biennale de Venise" selon les mots du journaliste Godfrey Deeny. Des milliers de personnes vont s’y retrouver pendant une semaine pour vivre et créer ensemble, dans une cité éphémère immense construite exprès pour l’événement.

Références

L'équipe

Emilie Chaudet
Production
Élodie Piel
Collaboration