Federico Fellini en plein tournage. ©Getty - John Springer Collection/CORBIS
Federico Fellini en plein tournage. ©Getty - John Springer Collection/CORBIS
Federico Fellini en plein tournage. ©Getty - John Springer Collection/CORBIS
Publicité
Résumé

Marco Caramelli vous parle du cinéaste Federico Fellini, et Antoine Bondaz de la gestion de la crise du coronavirus par le gouvernement chinois. Les chroniques s'intéressent à l’injustice fiscale et au superfail de LREM sur le deuil parental.

avec :

Marco Caramelli (Ecrivain), Antoine Bondaz (chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique, enseignant à Sciences-Po).

En savoir plus

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

A l'occasion du centenaire de la naissance de Federico Fellini et du soixantième anniversaire de son chef-d'oeuvre, La Dolce Vita, Tewfik Hakem s'entretient avec l'écrivain Marco Caramelli, pour Un beau désordre, publié aux éditions Robert Laffont. Transformant en roman Huit et demi et La Dolce Vita, les deux chefs-d’œuvre du cinéaste, l'auteur se glisse dans la peau du grand réalisateur italien. Quand un cinéaste dépressif fuit le monde du cinéma et se réfugie dans un univers peuplé de souvenirs et de fantasmes, alors que dans la station thermale où il s'est isolé, son épouse, sa maîtresse, ses amis, ses acteurs, s'agitent autour de lui dans l'attente. Un premier roman.

Publicité

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

26 min

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Une étude publiée le 23 janvier par l’INSEE est passée inaperçue dans le contexte social mouvementé. Elle analyse les « effets d’une variation de transferts socio-fiscaux sur le niveau de vie et les inégalités ».

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

En savoir plus : Prêter aux riches
5 min

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Si le gouvernement chinois a dit, pendant des jours maîtriser, la situation et n’avoir besoin de personne pour lui venir en aide, il a admis hier des « insuffisances » dans sa gestion de la crise. Et la presse chinoise se permet de timides critiques.

Julie Gacon s'entretient avec Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS).

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

10 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

L’erreur est enfin à l’honneur… Et oui, c’est ce que dit l’ensemble de la presse suite au refus de la majorité présidentielle de porter de 5 à 12 jours le congé pour un parent ayant perdu son enfant mineur. Tous les journaux, ce matin, de la droite à la gauche évoquent, une « attaque de boulettes géantes » dans Libération, « et maintenant on fait couac » en une du Canard enchaîné, ou bien encore, de manière moins imagée mais tout aussi critique, dans Le Figaro, « le fossé se creuse entre l’exécutif et sa majorité ».

Il faut dire que cette décision de refuser de porter de 5 à 12 jours le congé de deuil d’un enfant a tout d’un superfail, autrement dit d’une erreur majuscule, à telle enseigne qu’elle sera probablement étudiée dans les laboratoires d’erreurologie. Toutefois, pour avoir étudié, et pratiqué l’erreur, depuis quelques années déjà, je tiens à m’élever en faux contre une interprétation.

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

2 min

@PetitsMatinsFC