Vera & Victoria
Vera & Victoria
Vera & Victoria - Mar Saez (avec l'aimable autorisation de l'auteure)
Vera & Victoria - Mar Saez (avec l'aimable autorisation de l'auteure)
Vera & Victoria - Mar Saez (avec l'aimable autorisation de l'auteure)
Publicité
Résumé

Où il sera question d'un chemin à parcourir à deux, du Golem, des droits des femmes et des préjugés sexistes, d'un désert et de ses questions, d'une censure sélective.

En savoir plus

Ce sont deux corps qui se confondent. Deux corps qui s’accompagnent sur un terrain où facilement, sans regarder, sans personne pour nous tenir la main, on pourrait bien glisser. Elles sont sur une plage et tentent d’avancer parmi les rochers. Elles ne sont pas complètement seules mais c’est comme si. Les rares autres sont presque annulés, mis à l’écart dans le flou de l’arrière plan. On ne voit qu’elles vraiment. Vera et Victoria. Deux corps de femmes, qui se rejoignent dans le même mouvement. Leurs longues chevelures se mêlent, se mélangent dans le vent de ce bord de mer. Quelque chose de l’ordre de la fusion nous saisit au premier regard. Les deux jeunes femmes de 24 ans sont toute entières concentrées sur le pied, la chaussure de l’une d’elles. Remettre sa sandale, attacher la boucle, continuer à marcher ensemble. Vera et Victoria se connaissent depuis presque 4 ans. La photographe espagnole Mar Saez les suit depuis le début dans leur rencontre, et leur parcours amoureux. Une série, Vera & Victoria, que l’on peut voir dès aujourd’hui à la galerie Rétine à Marseille. Le parcours photographique d’un chemin vécu à deux. Vera a dit à Victoria qu’elle était transsexuelle, le jour de leur premier baiser, dans un parc. Rien n’a jamais changé. Elle s’aiment sur une plage, dans un lit, sous une douche. Elles construisent ensemble leur maison, la suite de leur parcours. Elles se parent l’une l’autre, pour avancer plus loin encore, toujours ensemble. Même dans un geste aussi quotidien. Un geste qui au départ explique Mar Saez, n’était pas destiné à être capturé. Une promenade sur la plage, et l’appareil photo qui n’est pas loin, de devait pas servir ce jour là. Et puis Vera se baisse en même temps que Victoria. Pas question de faire autrement que de se baisser avec l’autre, sur l’autre. Vera aide Victoria à remettre sa sandale pour qu’elles continuent ensemble à avancer sur ces rochers. Sans glisser, sans se faire mal. Il y a, nous dit la photographe Mar Saez, sur cette photo, tout ce qu’elle a vu depuis 4 ans au sein de ce couple. De la tendresse, une attention particulière à l’autre, une prévenance mutuelle, une délicatesse. Celle de penser qu’il n’y a qu’avec l’autre que ce chemin, sur la plage et après, ne vaille la peine d’être parcouru.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Emilie Chaudet
Production